Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘niang’

Finalement Lyon et Auxerre

Posted by Félix sur 16 mai 2010

On a bien failli assister au multiplex le moins intéressant de l’histoire de la L1. Marseille déjà champion, les relégués déjà connus et Lille et Lyon à qui le Ligue des champions semblait promise.

Comme souvent, Lyon a fait le boulot avec cette victoire facile contre Le Mans. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tfoot’s : Equipe Type L1

Posted by Félix sur 7 mai 2010

Bon, je vais pas passer par 4 chemins, je vais d’abord montrer la compo, et après parler des joueurs, histoire de pas obliger tout le monde à lire.

Ne me demandez pas pourquoi y a le logo du TFC, c'est le générateur de compo qui l'a mis, puis Lisandro est en pointe, pas meneur !

Pour les feignants, vous pouvez vous arrêter là et retourner sur Facebook pour vous détaguer de photos compromettantes, pour les courageux, c’est parti !

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

10 matchs à l’origine du titre de l’OM

Posted by Félix sur 7 mai 2010

Plus que la construction d’une équipe par Deschamps cette saison, c’est tout le travail d’un club depuis 5 ans qui est à applaudir. Une aventure commencée avec le duo Anigo/Diouf, au centre des succès marseillais, qui ne ce sera que rarement planté.

OM 5-1 La Corogne : Naissance d’un club

Avant cet exploit incroyable face aux espagnols, l’OM vivait l’une de ses périodes les plus difficiles de la décennie. Une équipe largement remaniée, d’une grande faiblesse générale (en dehors de certains joueurs), et d’un immense manque d’expérience. Bref, y avait pas trop de quoi sourire pour les supporters, d’autant que le club n’avait plus gagné en championnat depuis 6 mois, sympa.

Attention, ne croyez pas que ce match est un exemple de football champagne, loin de là ! Expulsions, coups bas, but foireux, détermination, tels sont les ingrédients de cette victoire. A noter que ce match fut dirigé par l’arbitre du futur inoubliable Portugal-Pays Bas de 2006, une autre boucherie footballistique.

OM 1-0 PSG (Cana) : Premier pallier psychologique dépassé

Cette série de matchs sans victoire face au PSG aura fait très mal, et devenait plus d’origine psychologique que footballistique. Comme un symbole, c’est Cana, l’ex parisien fraichement transféré, futur capitaine marseillais, qui brisera la malédiction sur un corner du minot Nasri.

Un match marqué la grande performance d’un Ribéry exceptionnel dans l’élimination, et catastrophique face au but. On oubliera pas non plus l’avant match et l’ammoniac dans le vestiaire des parisiens, ainsi que Clara Morgane qui trainait son cul  dans les couloirs : dans la pure tradition des classico.

OM 1-2 PSG : Rendez-vous manqué

Si la malédiction des classico était brisée, celle des titres n’était pas pour ce soir là. Archi favoris face à des parisiens limités, l’OM manque totalement son rendez-vous, à commencer par Ribéry qui n’a pas vu le jour.

En face, Paris montre plus de sérénité, et profite de la présence de Doudou Cissé, porte bonheur des finales, qui viendra plus tard à Marseille. Qui a dit que c’était dans les défaites que l’on construisait les victoires?

OM 2-1 Lyon : L’OM est décomplexé face à Lyon

Humiliés 4-1 au Vélodrome en championnat, par des lyonnais qui marchaient alors sur l’eau, l’OM est alors bien loin d’avoir des ambitions de titre de champion.

Cela ne les empêchera pas de livrer un match qui reste encore aujourd’hui gravé dans la mémoire des supporters marseillais, avec un dénouement « à la lyonnaise » dans les dernières minutes, par Pagis et Niang. C’est officiel, l’OM n’a plus peur de Lyon.

Liverpool 0-1 OM : L’exploit qui donne confiance

Recrutement spectaculaire, ambitions de titre, l’OM 2007-2008 doit tout écraser sur son passage mais se vautre en début de saison. Emon remercié, Eric Gerets a trois jours pour préparer une équipe en crise de confiance, qui doit affronter le Liverpool des Gerrard et Torres…ouais, ça pue la branlée.

Sauf que l’OM réalise tout simplement le match parfait. Solidité défensive, solidarité mais aussi qualité offensive avec globalement plus d’occasions que les Reds, on a du mal à croire que ces joueurs là ce sont pris une déculottée à Auxerre 3 jours avant. Valbuena, l’homme des grands rendez-vous, recruté par Anigo à Libourne, réalise un match aussi incroyable qu’improbable, ponctué par magnifique but.

Une victoire qui donne confiance à certains joueurs qui tardaient à confirmer (Cheyrou, Zenden), mais surtout lance l’équipe de Gerets vers deux très belles années.

PSG 1-3 OM : Naissance d’une grande équipe, début du sprint final

Avant le match, on ne sait pas trop quoi penser de la saison de Marseille, c’est pas mal (même si tous les médias parlent de crise), mais de là à imaginer les olympiens aller vers le titre, bof.

Paris de son côté, peut prendre la première place en gagnant, et est donc évidemment victime de la malédiction de l’équipe qui peut dépasser Lyon.

Il n’empêche, l’OM réalise un très gros match ce soir là, et prend conscience de la possibilité d’aller au bout. Zenden fait des misères sur son côté gauche, tout comme Brandao, point de fixation aussi indispensable que critiqué bêtement.

OM 1-3 Lyon : Désillusion, leçon dans la gestion de l’évènement

A trois journées de la fin, l’OM doit gagner pour revenir à égalité avec Bordeaux, et reprendre sa première place à la différence de but. Malheureusement pour les supporters qui n’attendent que ça, les marseillais loupent totalement leur rendez-vous face à un Lyon en mode bête blessée, qui excelle dans cette configuration « on attend, on contre ». Benzema fait un mal fou, et Juninho signe son dernier coup franc en L1, sale soirée.

Toulouse 1-2 OM : Un sauveur nommé Brandao

Indiscutablement le match qui a lancé le retour de l’OM. Distancée en championnat, l’équipe de Deschamps ne parle plus (à défaut d’y penser) de titre, et se rend à Toulouse avec une pression monstre.

Les marseillais ne montrent pas grand chose pendant une grande partie du match, au point de concéder l’ouverture du score de Gignac. A 15mn de la fin, Ben Arfa rentre, fait n’importe quoi sur chacun de ses ballons, jusqu’à cette action sur la droite à deux minutes de la fin : débordement, feinte feinte feinte (Hatem quoi) puis centre pour le coup de casque de Brandao, véritable sauveur des marseillais, puisque il inscrira le but de la qualification dans les prolongations. Un match charnière.

OM 2-1 Lyon : A la hauteur de l’événement,  le sprint final est lancé

Presque un an après la désillusion face aux mêmes lyonnais l’an passé, l’OM ne loupe pas son rendez-vous. Les jambes lourdes après la défaite face au Benfica, les marseillais loupe leur début de match, sans conséquence car Lyon n’appuie pas assez.

Les poteaux avec eux (la fameuse réussite), ils prennent petit à petit la mesure de lyonnais, avant de finir en boulet de canon par un Taiwo qui sort de sa toute petite forme pour offrir une victoire indispensable.

OM 3-1 Bordeaux : Pallier psychologique dépassé, enfin un titre

Le second pallier psychologique. Plus qu’un titre que le club attendait tellement (avec la fête qui a suivi), c’est une libération et une sérénité folle pour la fin de saison qui est à retenir. Fini l’histoire des 17 ans sans titre, fini l’idée de la malédiction, l’OM prend un avantage psychologique sur des bordelais qui commencent leur dégringolade.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un titre loin d’être joué

Posted by Félix sur 26 avril 2010

A écouter tout le monde, le championnat est joué depuis 1 mois, mais en regardant les résultats d’Auxerre, l’OM a de quoi se méfier.

40% de possession (contre Toulouse), 5 tirs, 5 cadrés, 3buts, plus de 20 tirs concédés, 0 but encaissé. Que faire face à des stats pareilles ? Pablo Correa et Alain Casanova n’ont qu’à bien se tenir, cet Auxerre vient d’un autre monde.

Rarement on aura vu un tel réalisme de la part d’une équipe sur le papier aussi limitée. Et c’est sur ce point là qu’Auxerre fait sa réussite, laissant totalement le ballon à un adversaire qui prend confiance, se dit qu’après tout, Auxerre c’est pas si fort que ça, c’est même un peu des branques, jusqu’à un contre, un but de Jelen, rideau, 3points, pas très romantique, mais terriblement efficace.

Je danse le Mbia

De son côté, le leader marseillais a éprouvé toutes les peines du monde pour se débarrasser d’un Saint-Etienne de gala. Quand on voit la performance des verts il y a une semaine au Parc et celle de ce soir, on comprend la tâche des marseillais, a fortiori en cette fin de saison. Alors qu’Auxerre joue contre des équipes déjà en vacances, Marseille rencontre des équipes libérées à la recherche de la dernière grosse perf’ de leur saison.

Il n’empêche, même contre des verts en jambe, l’OM se doit de s’imposer avec plus de sérénité, et surtout de maitrise. Hier, la victoire s’est jouée sur un poteau et une connerie de Rivière (alias Joakim Noah) hors jeu, qui pousse le ballon au fond, plus que de la chance, plus fort que la Bonne Mère, l’esprit de RLD veille sur l’OM en cette fin de saison.

Après l’ouverture du score de Valbuena, Sté n’a pas changé sa ligne de conduite : « on est venu là pour faire un résultat, on bouge pas d’un poil et on essaye d’embrouiller en contre pour choper un nul », pas flamboyant, mais chacun se bat avec ses armes. C’est d’ailleurs ce qui a déstabilisé les marseillais, qui attendaient probablement plus d’allant offensif de la part des verts après l’ouverture du score. Ne sachant plus trop s’il fallait attendre en prenant le risque  de prendre un but sur balle arrêtée, ou attaquer et se prendre à contre à la con, l’OM a proposé la fameuse tactique hybride à lignes écartées, pas assez offensive pour être dangereux (surtout avec un Niang en carton), pas assez solide pour contenir l’adversaire.

Heureusement pour eux, les marseillais peuvent compter sur ce qui leur manquait depuis des années, une charnière centrale de haut niveau. Si on connaissait la puissance d’un Diawara intraitable dans les duels, on découvre depuis quelques mois un Mbia impressionnant (en dehors de ses gouts musicaux, lui qui est allé au concert de Rihanna) . Immense de la tête, impeccable en couverture, à l’aise dans la relance, rapide, puissant, il a vraiment tout pour faire carrière en défense centrale, alors qu’au milieu, il a plus le niveau pour faire Gueugnon.

C’est véritablement sur sa défense (et un Mandanda retrouvé) que l’OM devra compter sur cette fin de saison. Sur ces 6 derniers matchs compliqués dans l’ensemble, Marseille n’a encaissé que 2 buts. D’ailleurs, Deschamps devrait s’appuyer sur celle-ci contre Auxerre, dans une rencontre qui s’annonce fermée de chez fermée, qui déterminera l’identité du futur champion de France. En s’imposant, Auxerre frapperait un grand coup et aura les cartes en main pour aller au bout.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OM à la bordelaise

Posted by Félix sur 5 avril 2010

Titre assez provoc’ certes, mais la performance de l’OM hier face à Lens n’est pas sans rappeler le Bordeaux de 2010 (celui qui gagnait encore ses matchs).


Les jambes lourdes, la tête à la fête, l’OM n’a pas été bon hier, et a probablement livré l’une de ses plus faibles prestations en 2010, au niveau du jeu.

Sans Niang, trop juste (et qui a bien besoin de souffler), sans Cheyrou, remarquablement remplacé par Kaboré, les marseillais ont fait le métier : un but sur coup de pied arrêté, et une solidité défensive notable.

Mais il faut peut-être voir plus loin que cette prestation moyenne. Jamais cette saison, l’OM n’avait remporté de match en créant si peu de jeu, encaissant souvent un but sur une erreur défensive. A défaut d’être génial hier, l’OM a su être costaud, pour assurer l’essentiel, d’ailleurs, Lens ne s’est pas créé une occaz ‘ du match.

Cela donnera peut-être une leçon à Jean-Guy Wallemme, venu avec un mur, et qui n’espérait pas grand chose de plus qu’un 0-0. Avec un peu plus d’ambition dans le jeu, son équipe aurait sans doute posé plus de soucis à un OM en manque de rythme.

Le Top

Si l’OM a tenu son résultat hier, ce n’est pas grâce à un de ses défenseurs, mais plutôt par son guerrier brésilien, l’indispensable Brandao. L’homme qui « n’a pas touchéooo » s’est démené sur le front de l’attaque olympienne. Souvent esseulé, il n’a cessé d’harceler la défense lensoise dans son pressing comme dans son incroyable impact physique. Sur les 10 dernières minutes, il a fait respirer sa défense en tenant le ballon devant. Une prestation courageuse couronnée d’un but, pour un pion décidément essentiel du système Deschamps.

Le Flop

De retour en grâce depuis janvier, Ben Arfa n’y était clairement pas hier, ratant quasiment tout ce qu’il a tenté, même le plus simple par manque d’application. En difficulté physiquement, il n’a jamais été capable de faire des différences, manquant clairement d’explosivité, ce qui était néanmoins le cas de presque toute l’équipe olympienne.

Le point sur le classement

Dans un classement toujours aussi difficile à lire, Marseille réalise la très bonne opération de cette journée. A 12 points de Bordeaux en janvier, l’OM a désormais rattrapé son rival pour qui rien ne va plus, avec une 3ème défaite consécutive et confirmation de sa médiocrité défensive.

Chez les petits, on sent que Montpellier et Auxerre commencent à lâcher un petit peu, tout comme Lille, pour qui on s’enflamme à chaque victoire fracassante, mais qui ne gagne jamais à l’extérieur, la faute à une fébrilité défensive évidente, symbolisée par Rami, l’un des défenseurs les plus surfaits de ce championnat.

Finalement, c’est celui que l’on attendait le moins qui a aussi assuré ce week-end. L’autre olympique, en allant s’imposer avec une équipe B à Rennes (pourtant en feu), et avec une maitrise impressionnante, confirme sa belle forme de 2010, et pourrait jouer les arbitres de cette fin de championnat.

Félix

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OM sur sa lancée

Posted by Félix sur 19 mars 2009

C’est marrant le foot, quand la dynamique est là, on a l’impression que rien ne peut nous atteindre, c’est le cas de l’OM de ce soir.

Un match étrange dans l’ArenA d’Amsterdam, mais contentons nous de ce que l’on a eu, car avec André Rieu en ouverture, le match aurait bien pu tomber dans un sacré mauvais goût, ça c’est dit.
L’OM a plutôt bien géré sa première mi-temps, contrôlant les assauts amstellodamois et opérant intelligemment en contre. Pour preuve, malgré l’ouverture du score néerlandaise les olympiens n’ont pas vraiment paniqué pour égaliser dans la foulée par Mamad’ Niang sur une sortie de Vermeer que nous qualifierons de belle toile (hoho !), le retour en forme du sénégalais pourrait faire un bien fou pour la fin de saison olympienne.

Dès lors, on pouvait penser que Marseille allait gérer tranquillement ce score en tentant pourquoi pas de marquer sur un contre, il n’en fut rien.
Les joueurs techniques de l’Ajax, pourtant pas du niveau de leurs illustres prédécesseurs ont fait un mal fou à l’équipe de Gerets, qui a passé toute la seconde période à souffrir sans ne rien tenter, il est vrai qu’avec Ziani et Samassa sur le terrain, attaquer était loin d’être aisé.

Lors de cette domination, un joueur a éclaboussé de toute sa classe la rencontre, l’uruguayen Suarez. Celui que je ne connaissais que vaguement jusqu’ici a mis au supplice toute la défense olympienne, en témoigne ce véritable festival sur le second but, il s’est malheureusement éteint par la suite.

Dès lors, je dois bien dire qu’au début de la prolongation, je n’avais pas vraiment espoir pour l’OM. Mais comme je vous disais, quand la confiance est là on peut s’en sortir étrangement. Car ce but a une part d’étrange incroyable, qui aurait parié que le but de la qualification serait marqué par Mears sur une passe de Samassa ? Honnêtement, c’était pas gagné.

Pas toujours génial mais volontaire, l’anglais a donc libéré les siens d’une tête courageuse en fin de prolongation. Un final surréaliste mais marrant, c’est la belle histoire de la semaine, espérons juste que ce but donnera confiance à Mears qui même s’il est le sosie de Xavier de Secret Story (y en a pour tous les goûts ici), n’est pas franchement le roi du placement.
Photo à l’appui, la ressemblance entre les deux lascars.

L'anglais Tyron Mears

L'anglais Tyron Mears

Xababa de Secret Story

Xababa de Secret Story

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Week-End de Foot

Posted by Félix sur 24 septembre 2008

Peu occupé et encore on holiday (alala fainéants d’étudiants), j’ai pu me faire un de mes derniers week-end foot de ces vacances et me délectant (ou pas) de cette 6ème journée de ligue 1, mes impressions.

Le Havre – Lyon

Comme quasi systématiquement depuis des années, Lyon a gagné son match de championnat qui suivait celui de champion’s league. Une stat qui peut sembler anodine, mais à l’heure des comptes en fin de saison, on se rend compte que cette capacité qu’a la machine lyonnaise à gagner ces matchs compte énormément.
D’autant plus que Le Havre a opposé une belle résistance au septuple champion de France. Le club doyen, mené par un bon Alassane, mais aussi par un Fauré décidément toujours aussi vendangeur, un comble pour quelqu’un qui avait il fut un temps été surnommé « le Van Nistelrooy de la ligue 2 » (je dirais plutôt Van Nistelrouille pour ma part, oui je suis drôle), a montré de belle capacité dans le jeu, en manquant malgré tout d’impact à la finition.
De son coté, comme souvent cette saison, Lyon n’a pendant longtemps pas été magique, loin de là, mais avec un effectif remanié, l’essentiel est là avec une victoire sur un pénalty cette fois ci indiscutable, il était de toute façon difficile d’en demander beaucoup plus aux lyonnais après la grosse débauche d’énergie face à la Fiorentina.
Mention spéciale au duo Pjanic Benzema, dont la relation technique fut un régal pour les yeux, espérons que Claude Puel tentera une nouvelle fois d’associer les deux.

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bon récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bons récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Saint Etienne – PSG

Les verts renouent avec la victoire face à un PSG mi figue mi raisin, et un Hoarau qui confirme les limites dont l’on pouvait se douter, notamment techniquement et face au but avec deux grosses occasions manquées. Difficile néanmoins d’en vouloir à ce jeune joueur qui débarque de ligue 2, j’espère juste pour lui (et pour Paris) que Kezman saura palier son manque de confiance actuel lors des prochain matchs.
Dominateurs en début de match, les parisiens ont par la suite laissé du terrain aux stéphanois, qui ouvrirent le score de sublime manière par le prometteur Dabo (en état de grâce), non sans la complicité d’un Landreau pas exceptionnel.
Dès lors, Saint Etienne prenait confiance et pouvait organiser le jeu à sa guise. Matuidi, énorme à la récupération (il a dégouté Jay Jay Sessegnon pour vous donner une idée), a été omniprésent au milieu de terrain, organisant avec son beau pied gauche vers les Dernis et autres Ilan, un des très bons joueurs trop peu médiatisés de notre championnat. Intéressant d’ailleurs de voir le coaching de Roussey sur ce match, qui a préféré faire tourner quelques jours après le déplacement en Israel, une constante pour le coach des verts, qui comptera surement en fin de saison quand les organismes des adversaires seront plus usés.
On ne peut pas mentir et dire que ce match a été un chef d’œuvre, les fautes techniques de part et d’autre furent en effet trop nombreuses pour assurer un spectacle digne de ce nom, même dans les bonnes périodes stéphanoises. Des bonnes périodes dans lesquelles le PSG a recommencé à se liquéfier comme les saisons précédentes, sans que cela ne porte préjudice grâce notamment à un Makélélé certes toujours à la limite du carton rouge, mais toujours là pour motiver ses troupes, un capitaine exemplaire qui va faire du bien au PSG.
Coté stéphanois on respire, et force est de constater que l’effectif de Saint Etienne est costaud cette saison, malgré le départ récent de Feindouno.
Gomis, Ilan, Grax, Giglotti, Miralas Dernis, Payet, Matsui, il n’y a pas à dire le potentiel offensif des verts est impressionnant, espérons donc qu’il ne sera pas assombri par une solidité défensive déficiente.

OM – Monaco

Un match des plus soporifiques que j’ai eu l’occasion de suivre en cette fin de week-end.
Il faut dire qu’à la décharge des marseillais, moins fringants que depuis le début de la saison, Monaco et l’ambitieux Ricardo avait décidé de fermer les portes durant 90 minutes, et de profiter des occasions de contre. Un contrat rempli donc à moitié, car si les monégasques ont bétonné comme il faut durant tout le match, ils ont aussi par l’intermédiaire de Nimani et Park loupé un nombre élevé d’occasion ou situations, appelez ça comme vous voulez.

Et l’OM dans tout ça ? Je dois avouer que je suis assez perplexe. Non pas que ce match remette totalement en question tout le mercato olympien (même si beaucoup de gens essayent de faire passer cette idée), mais on a fortement senti l’abscence d’un Djibril Cissé dimanche soir. L’argument est souvent de dire que Cissé n’est qu’un joueur de profondeur et qu’il n’aurait rien apporté contre Monaco, mais il faut avoir manqué toute la seconde partie de saison dernière pour penser que Djibril ne sait pas jouer en point de fixation.

De plus, avec un nombre de nains impressionnant (et pourtant j’aime les joueur petits !), l’OM manque sérieusement de poids devant, d’autant plus lorsque Mamadou Niang, peu convainquant depuis son retour de la CAN (même si statistiquement irréprochable) commence à se reposer sur ses lauriers. Espérons donc pour l’intérêt du championnat que l’OM trouvera solution à ce problème.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

A venir, « les dossiers de tfoot », afin de donner un peu plus notre avis sur des constantes du football d’aujourd’hui : La vidéo, le football français en coupe d’Europe et plein d’autres !

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »