Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘lyon’

Finalement Lyon et Auxerre

Posted by Félix sur 16 mai 2010

On a bien failli assister au multiplex le moins intéressant de l’histoire de la L1. Marseille déjà champion, les relégués déjà connus et Lille et Lyon à qui le Ligue des champions semblait promise.

Comme souvent, Lyon a fait le boulot avec cette victoire facile contre Le Mans. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

37e journée de L1 (enfin ce que j’ai vu)

Posted by Félix sur 9 mai 2010

Difficile de parler d’une journée de championnat quand on a vu 5mn par-ci par-là de tous les matchs. Eh ouais, le multiplex c’est sympa à regarder (même si niveau dramaturgie, c’est un peu faible cette année), mais c’est une horreur à chroniquer.

A la sortie de cette journée, ce sont les lillois qui font de toute évidence la bonne affaire, avec leur victoire sur des marseillais qui contrairement aux lyonnais il y a 5 ans, ont joué le jeu.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

10 matchs à l’origine du titre de l’OM

Posted by Félix sur 7 mai 2010

Plus que la construction d’une équipe par Deschamps cette saison, c’est tout le travail d’un club depuis 5 ans qui est à applaudir. Une aventure commencée avec le duo Anigo/Diouf, au centre des succès marseillais, qui ne ce sera que rarement planté.

OM 5-1 La Corogne : Naissance d’un club

Avant cet exploit incroyable face aux espagnols, l’OM vivait l’une de ses périodes les plus difficiles de la décennie. Une équipe largement remaniée, d’une grande faiblesse générale (en dehors de certains joueurs), et d’un immense manque d’expérience. Bref, y avait pas trop de quoi sourire pour les supporters, d’autant que le club n’avait plus gagné en championnat depuis 6 mois, sympa.

Attention, ne croyez pas que ce match est un exemple de football champagne, loin de là ! Expulsions, coups bas, but foireux, détermination, tels sont les ingrédients de cette victoire. A noter que ce match fut dirigé par l’arbitre du futur inoubliable Portugal-Pays Bas de 2006, une autre boucherie footballistique.

OM 1-0 PSG (Cana) : Premier pallier psychologique dépassé

Cette série de matchs sans victoire face au PSG aura fait très mal, et devenait plus d’origine psychologique que footballistique. Comme un symbole, c’est Cana, l’ex parisien fraichement transféré, futur capitaine marseillais, qui brisera la malédiction sur un corner du minot Nasri.

Un match marqué la grande performance d’un Ribéry exceptionnel dans l’élimination, et catastrophique face au but. On oubliera pas non plus l’avant match et l’ammoniac dans le vestiaire des parisiens, ainsi que Clara Morgane qui trainait son cul  dans les couloirs : dans la pure tradition des classico.

OM 1-2 PSG : Rendez-vous manqué

Si la malédiction des classico était brisée, celle des titres n’était pas pour ce soir là. Archi favoris face à des parisiens limités, l’OM manque totalement son rendez-vous, à commencer par Ribéry qui n’a pas vu le jour.

En face, Paris montre plus de sérénité, et profite de la présence de Doudou Cissé, porte bonheur des finales, qui viendra plus tard à Marseille. Qui a dit que c’était dans les défaites que l’on construisait les victoires?

OM 2-1 Lyon : L’OM est décomplexé face à Lyon

Humiliés 4-1 au Vélodrome en championnat, par des lyonnais qui marchaient alors sur l’eau, l’OM est alors bien loin d’avoir des ambitions de titre de champion.

Cela ne les empêchera pas de livrer un match qui reste encore aujourd’hui gravé dans la mémoire des supporters marseillais, avec un dénouement « à la lyonnaise » dans les dernières minutes, par Pagis et Niang. C’est officiel, l’OM n’a plus peur de Lyon.

Liverpool 0-1 OM : L’exploit qui donne confiance

Recrutement spectaculaire, ambitions de titre, l’OM 2007-2008 doit tout écraser sur son passage mais se vautre en début de saison. Emon remercié, Eric Gerets a trois jours pour préparer une équipe en crise de confiance, qui doit affronter le Liverpool des Gerrard et Torres…ouais, ça pue la branlée.

Sauf que l’OM réalise tout simplement le match parfait. Solidité défensive, solidarité mais aussi qualité offensive avec globalement plus d’occasions que les Reds, on a du mal à croire que ces joueurs là ce sont pris une déculottée à Auxerre 3 jours avant. Valbuena, l’homme des grands rendez-vous, recruté par Anigo à Libourne, réalise un match aussi incroyable qu’improbable, ponctué par magnifique but.

Une victoire qui donne confiance à certains joueurs qui tardaient à confirmer (Cheyrou, Zenden), mais surtout lance l’équipe de Gerets vers deux très belles années.

PSG 1-3 OM : Naissance d’une grande équipe, début du sprint final

Avant le match, on ne sait pas trop quoi penser de la saison de Marseille, c’est pas mal (même si tous les médias parlent de crise), mais de là à imaginer les olympiens aller vers le titre, bof.

Paris de son côté, peut prendre la première place en gagnant, et est donc évidemment victime de la malédiction de l’équipe qui peut dépasser Lyon.

Il n’empêche, l’OM réalise un très gros match ce soir là, et prend conscience de la possibilité d’aller au bout. Zenden fait des misères sur son côté gauche, tout comme Brandao, point de fixation aussi indispensable que critiqué bêtement.

OM 1-3 Lyon : Désillusion, leçon dans la gestion de l’évènement

A trois journées de la fin, l’OM doit gagner pour revenir à égalité avec Bordeaux, et reprendre sa première place à la différence de but. Malheureusement pour les supporters qui n’attendent que ça, les marseillais loupent totalement leur rendez-vous face à un Lyon en mode bête blessée, qui excelle dans cette configuration « on attend, on contre ». Benzema fait un mal fou, et Juninho signe son dernier coup franc en L1, sale soirée.

Toulouse 1-2 OM : Un sauveur nommé Brandao

Indiscutablement le match qui a lancé le retour de l’OM. Distancée en championnat, l’équipe de Deschamps ne parle plus (à défaut d’y penser) de titre, et se rend à Toulouse avec une pression monstre.

Les marseillais ne montrent pas grand chose pendant une grande partie du match, au point de concéder l’ouverture du score de Gignac. A 15mn de la fin, Ben Arfa rentre, fait n’importe quoi sur chacun de ses ballons, jusqu’à cette action sur la droite à deux minutes de la fin : débordement, feinte feinte feinte (Hatem quoi) puis centre pour le coup de casque de Brandao, véritable sauveur des marseillais, puisque il inscrira le but de la qualification dans les prolongations. Un match charnière.

OM 2-1 Lyon : A la hauteur de l’événement,  le sprint final est lancé

Presque un an après la désillusion face aux mêmes lyonnais l’an passé, l’OM ne loupe pas son rendez-vous. Les jambes lourdes après la défaite face au Benfica, les marseillais loupe leur début de match, sans conséquence car Lyon n’appuie pas assez.

Les poteaux avec eux (la fameuse réussite), ils prennent petit à petit la mesure de lyonnais, avant de finir en boulet de canon par un Taiwo qui sort de sa toute petite forme pour offrir une victoire indispensable.

OM 3-1 Bordeaux : Pallier psychologique dépassé, enfin un titre

Le second pallier psychologique. Plus qu’un titre que le club attendait tellement (avec la fête qui a suivi), c’est une libération et une sérénité folle pour la fin de saison qui est à retenir. Fini l’histoire des 17 ans sans titre, fini l’idée de la malédiction, l’OM prend un avantage psychologique sur des bordelais qui commencent leur dégringolade.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

3-0, et Olic

Posted by Félix sur 28 avril 2010

Comme Bordeaux face à Lyon en quart, l’OL a loupé son rendez-vous hier soir, les joueurs comme Puel n’ont pas su se montrer au niveau.

Déjà, la compo est typique de Puel. Delgado en 9½, on se dit tient pas mal, sauf que c’est un pas un avant pour deux en arrière, avec un duo Gonalons-Makoun qui s’est distingué par son inutilité. Pas assez rapides pour relancer mais surtout pas assez à l’aise techniquement, ils ont été bouffé par un duo Van Bommel-Schweinsteiger (l’égorgeur de porc en français) de très haut niveau.

Un Kallstrom aurait pu apporter cette touche technique, tout en abatant un certain travail défensif. Mais comme en France on est plus malins que tout le monde, on joue avec deux récupérateurs purs devant la défense, ce que plus personne ne fait.

Les lyonnais ont donc eu un déchet technique rare à ce niveau, gênés par le pressing et l’assurance de munichois bien plus à l’aise qu’à l’aller (merci Van Bommel), ils n’ont pas vu le jour du match, au contraire de munichois qui auraient pu en marquer deux de plus.

Puis bon, quand on a Puel face à Van Gaal sur le banc, on part avec un sacré handicap. C’est quoi ce changement con à la mi-temps ? En gros, on se prive d’un latéral capable de stopper Robben, pour mettre Bastos latéral gauche (qui ne sait pas défendre) et envoyer Tonton David (Gomis) en pointe, c’est une blague.

L’ancien attaquant des verts n’a vraiment rien pour lui. En général, quand les joueurs ne sont pas particulièrement techniques, on attend d’eux un abatage physique, une certaine vitesse et une capacité à gagner les duels aériens. Sauf que Gomis ne fait rien de tout ça ! La panthère noire se traine sur le terrain espérant un bon ballon qui n’arrivera pas. Au passage, je trouve la transformation physique de Gomis inquiétante depuis deux ans. C’est pas sympa à dire, mais il a quelques kilos à perdre, s’il veut éviter qu’on l’appelle Mafé Gomis (bouffez un mafé un jour, vous comprendrez le jeu de mot).

Les gars

On a beau se moquer de la défense du Bayern, individuellement c’est peut-être limité, mais par l’occupation du terrain de toute l’équipe, elle est bien plus efficace que celle d’un Lyon qui n’attaque jamais. Comme je le disais, Van Bommel-Schweinsteiger (que Larqué appelle affectueusement Schweini, histoire de pas écorcher son nom) c’est du très haut niveau : costauds, toujours bien placés mais surtout d’un calme impeccable dans la relance, contrairement au duo lyonnais.

Devant, sans être génial, Altintop fait le boulot, notamment physiquement où il a clairement pris le dessus sur les latéraux lyonnais. Olic non plus n’est pas incroyable, mais il a su concrétiser ses occaz’, contrairement à Bastos, Delgado et Tonton David qui étaient comme des enfants devant le but. Robben lui, n’a pas eu à être bon pour inquiéter Lyon, quelques frappes vicieuse, sans plus.

A Lyon, difficile de trouver du positif. Cris a fait ce qu’il a pu à côté de Paris BoumBoumsong, avant de se faire expulser comme un idiot. Les latéraux n’ont rien apporté offensivement (encore aurait-il fallu qu’ils montent), même Bastos en deuxième mi-temps n’a rien fait. Devant, on a senti le trio offensif volontaire mais esseulé. Govou et Bastos en première mi-temps ont su créer des différences, avant d’être repris par la supériorité numérique bavaroise.

Enfin, une pensée pour un pauvre Lisandro plus seul tu meurs. Certes il devrait moins aller au pressing, car tout seul ça sert à rien, mais on aimerait qu’un joueur de ce calibre ait une équipe qui joue avec lui, et pas 30m derrière lui ! Si Lyon ne se qualifie pas en Ligue des Champions l’année prochaine, on pourrait comprendre qu’il en ait marre.

A la lecture de tout ça, individuellement comme collectivement, Lyon était très loin du Bayern. Pourtant, je reste persuadé que l’exploit était à leur portée, mais le Bayern a réellement fait la différence mentalement comme tactiquement.

C’en est donc fini des espoirs lyonnais, dont le joli parcours est entaché par ces deux dernières « performances ». Malgré la victoire face à Madrid, on retiendra un réel problème Puel, dans le jeu comme dans les résultats. Deux ans sans titre, ça commence à faire tâche pour un club septuple champion de France.

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OL l’a bien cherché

Posted by Félix sur 22 avril 2010

A ne jamais vouloir attaquer, on finit toujours par payer, et le Lyon d’hier en a fait l’amer expérience hier, manque de bol, c’est en demi-finale de la Ligue des Champions que ça lui arrive.

Pourtant, il y avait de quoi y croire. Début de match plutôt costaud des lyonnais, Robben est parfaitement enfermé sur son aile, loin des zones décisives, Olic transparent, Müller un peu mieux mais sans plus, finalement seul Ribéry semble capable d’amener le danger.

Le Bayern se créer quelques occasions, croque un peu avec Olic, mais sans trop inquiéter Lloris. Lyon se contente de contenir les assauts, avant –on l’espère- de répliquer, mais en dehors de 5 minutes où les coup de pieds arrêtés se sont enchaînés, rien de bien intéressant à se mettre sous la dent, jusqu’à…

Jusqu’à ce qu’il arrive l’évident à Franck Ribéry, rouge sur une intervention dangereuse. C’est marrant, quand ça va mal, tout va mal ! La pression était vraiment trop forte pour Franky de toute évidence (et on le comprend), un peu trop motivé, pas assez maitre de ses émotions, il le paye au plus mauvais moment, espérons qu’il s’en remettra.

Pas franchement convainquant,  on se dit à ce moment là que l’OL ne peut que passer. Un rouge à ce niveau de la compétition, est souvent rédhibitoire, il suffit à l’équipe adverse d’imposer son jeu, de faire tourner, et le tour est souvent joué.

Mais c’était sans compter sur l’éternelle impossibilité de l’équipe de Puel à créer du jeu. Lyon sait faire déjouer, ça on sait, mais est incapable de construire et d’imposer son rythme à l’adversaire.

Et c’est là qu’on se dit que finalement, l’expulsion a fait plus de bien que de mal au Bayern. Au delà du supplément d’âme des allemands (mais ça, ils l’ont toujours eu), Lyon n’a plus su quoi faire, a desserré les lignes, sans pour autant attaquer, une sorte de tactique hybride genre « bon on attaque un peu maintenant, mais pas trop ».

Sauf qu’en demi de la Ligue des Champions, faut savoir ce qu’on veut. Le Bayern et Van Gaal n’a rien lâché, sortant Olic pour faire rentrer un excellent Tymoschuk à la récup, misant sur les exploits de Robben et les montées de Lahm.

Et ça a payé, car avant même l’expulsion idiote de Toulalan, le Bayern se créait déjà des occasions, d’ailleurs l’OL peut remercier les attaquants du Bayern qui ont croqué à gogo, que ce soit Müller (pas si phénoménal qu’on le dit) ou l’inutile Mario Gomez, dans le genre grande perche qui sert à rien, l’ex « buteur » de Stuttgart décroche la palme avec un transfert à 30M.

Et Puel pendant ce temps ? Il a clairement subi les évènements, et aurait dû demander à son équipe d’évoluer beaucoup plus haut en début de seconde mi-temps, pour ne pas laisser le Bayern prendre confiance. Je l’ai entendu en fin de match se plaindre qu’il n’a pas pu faire rentrer Bafé Gomis qui « aurait pu nous permettre de garder le ballon plus haut », j’ai pissé de rire.

C’est toujours possible ?

Mathématiquement, oui évidemment. Mais je crains que mentalement, Lyon soit atteint. Ne pas revenir avec un bon résultat dans de telles circonstances, ça fait mal. Au retour, l’OL devra donc attaquer beaucoup plus (difficile de faire moins), mais s’exposer aux contres assassins munichois, et un Robben qui explose enfin.

Je ne suis donc pas très confiant, mais sait-on jamais, avec un but en début de match, tout peut partir en vrille. En tout cas, quoiqu’il arrive, l’équipe qui se qualifiera aura bien du mal face à l’Inter ou au Barca, qui sont littéralement dans une autre dimension, beaucoup plus solides, disciplinés et tout simplement talentueux.

Ps : Je remercie la prostitué Zahia Behar d’avoir boosté de manière exceptionnelle les stats du blog (en espérant ne pas avoir à la rémunérer au clic), prouvant, si besoin était, que 90% de la toile ne s’intéresse vraiment qu’au cul.

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une enflammade bien rapide

Posted by Félix sur 13 avril 2010

« Marseille déjà champion », « l’OM fonce vers le titre » et j’en passe, à écouter tout le monde, inutile de terminer le championnat, l’OM est dors et déjà champion.

Oui, les olympiens ont frappé un grand coup ces dernières semaines, la victoire en finale de coupe moustache a incontestablement donné plus d’assurance à un groupe en pleine possession de ses moyens, symbolisé par l’explosion de Lucho, que certains « experts » disaient inadapté à la L1.

Malgré tout, cette histoire de titre joué, c’est un peu de la science fiction. Sur le plan comptable, l’OM ne compte pour le moment pas une avance incroyable sur ses concurrents directs, d’où l’importance du match de ce soir à Sochaux, qui permettrait aux hommes de Deschamps de reléguer Auxerre et Lyon à respectivement 5 et 7 points.

Au passage, la dèch’ est à féliciter pour sa gestion des matchs en retard, qui se sont réellement transformés en bonus. Durant des mois, l’OM a continué à aborder le championnat comme s’il possédait le même nombre de match que ses concurrents, lui permettant de s’envoler dans le sprint final, sauf que…

Sauf que Bordeaux n’est toujours pas si loin. Certes, les girondins traversent une bien mauvaise passe en 2010, mais ils restent pour moi encore maîtres de leur destin, en étant potentiellement à 3 points de la tête, ce qui, quand on sait que l’OM joue Auxerre et Lille chez eux, reste encore jouable.

Les girondins ne sont donc largement pas à enterrer, gare à la bête blessée (expression France Télévision), à l’orgueil du champion. Les 2-3 prochaines journées qui arrivent nous donneront certainement plus d’informations. En gagnant ses 3 prochains matchs, et surtout sa rencontre face à Lyon ce week-end, Bordeaux, qui n’aura ensuite que des adversaires à sa portée, sera une menace très sérieuse pour l’OM.

Félix

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OM à la bordelaise

Posted by Félix sur 5 avril 2010

Titre assez provoc’ certes, mais la performance de l’OM hier face à Lens n’est pas sans rappeler le Bordeaux de 2010 (celui qui gagnait encore ses matchs).


Les jambes lourdes, la tête à la fête, l’OM n’a pas été bon hier, et a probablement livré l’une de ses plus faibles prestations en 2010, au niveau du jeu.

Sans Niang, trop juste (et qui a bien besoin de souffler), sans Cheyrou, remarquablement remplacé par Kaboré, les marseillais ont fait le métier : un but sur coup de pied arrêté, et une solidité défensive notable.

Mais il faut peut-être voir plus loin que cette prestation moyenne. Jamais cette saison, l’OM n’avait remporté de match en créant si peu de jeu, encaissant souvent un but sur une erreur défensive. A défaut d’être génial hier, l’OM a su être costaud, pour assurer l’essentiel, d’ailleurs, Lens ne s’est pas créé une occaz ‘ du match.

Cela donnera peut-être une leçon à Jean-Guy Wallemme, venu avec un mur, et qui n’espérait pas grand chose de plus qu’un 0-0. Avec un peu plus d’ambition dans le jeu, son équipe aurait sans doute posé plus de soucis à un OM en manque de rythme.

Le Top

Si l’OM a tenu son résultat hier, ce n’est pas grâce à un de ses défenseurs, mais plutôt par son guerrier brésilien, l’indispensable Brandao. L’homme qui « n’a pas touchéooo » s’est démené sur le front de l’attaque olympienne. Souvent esseulé, il n’a cessé d’harceler la défense lensoise dans son pressing comme dans son incroyable impact physique. Sur les 10 dernières minutes, il a fait respirer sa défense en tenant le ballon devant. Une prestation courageuse couronnée d’un but, pour un pion décidément essentiel du système Deschamps.

Le Flop

De retour en grâce depuis janvier, Ben Arfa n’y était clairement pas hier, ratant quasiment tout ce qu’il a tenté, même le plus simple par manque d’application. En difficulté physiquement, il n’a jamais été capable de faire des différences, manquant clairement d’explosivité, ce qui était néanmoins le cas de presque toute l’équipe olympienne.

Le point sur le classement

Dans un classement toujours aussi difficile à lire, Marseille réalise la très bonne opération de cette journée. A 12 points de Bordeaux en janvier, l’OM a désormais rattrapé son rival pour qui rien ne va plus, avec une 3ème défaite consécutive et confirmation de sa médiocrité défensive.

Chez les petits, on sent que Montpellier et Auxerre commencent à lâcher un petit peu, tout comme Lille, pour qui on s’enflamme à chaque victoire fracassante, mais qui ne gagne jamais à l’extérieur, la faute à une fébrilité défensive évidente, symbolisée par Rami, l’un des défenseurs les plus surfaits de ce championnat.

Finalement, c’est celui que l’on attendait le moins qui a aussi assuré ce week-end. L’autre olympique, en allant s’imposer avec une équipe B à Rennes (pourtant en feu), et avec une maitrise impressionnante, confirme sa belle forme de 2010, et pourrait jouer les arbitres de cette fin de championnat.

Félix

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lyon en patron

Posted by Félix sur 31 mars 2010

Décidément, ce Lyon version Ligue des Champions me plait vraiment. Soporifique en Ligue 1, le club rhodanien confirme que la C1, c’est son truc.

Hier, Bordeaux n’a pas été en dessous de tout, et aurait très bien pu chercher le nul sans que l’on puisse crier au scandale, preuve de la réelle maitrise de l’événement par les lyonnais.

Au haut niveau européen, dans les matchs à couperet, il est obligatoire de limiter les erreurs au maximum, qui, comme le sait n’importe quel Christian Jean Pierre, se paient cash.

Et à ce petit jeu, Bordeaux s’est vraiment bien loupé en offrant deux buts à son adversaire. Une fois de plus, Ciani a montré de sérieuses limites, tant sur ses relances de niveau L2 que sur sa bourde. Alors oui, c’est bien de se rattraper quand on a fait une connerie (comme contre le Bayern ou Lille), mais c’est pas toujours possible. Au très haut niveau, mieux vaut ne pas faire d’erreur tout court, c’est peut-être moins chevaleresque, mais c’est ça le top niveau.

A l’inverse, côté Lyonnais, même s’il y a eu des erreurs, elle furent bien moins grossière et souvent rattrapées, notamment par Lloris sur un superbe arrêt, mais incomparable à celui de Gordon Banks.

Dans un registre, où elle attend son adversaire pour lui placer des contres foudroyant, l’équipe de Puel est comme un poisson dans l’eau. Pas un gramme de jeu à produire, de l’envie, de l’agressivité et une capacité à se survolter dans les grands rendez-vous, tels sont les ingrédients d’une équipe incapable de gagner un championnat, mais extrêmement dangereuse en Ligue des Champions, qui me rappelle, toutes proportions gardées, le Liverpool de 2005. Bordeaux au contraire, semble ne pas trop savoir réagir dans ces moments où la pression de l’adversaire et l’impact physique s’intensifie, ce qui est propre aux grands matchs européens.

Toutefois, je suis persuadé que rien n’est encore joué, et si Lyon a montré sa supériorité par son expérience hier, on sent que Bordeaux a les armes pour faire sauter le verrou lyonnais au retour, à condition de ne pas trop se louper derrière, ce qui, avec l’immense Lisandro en moins et Bafétimbi Gomis en plus (oui, il est encore moins crédible quand on prononce son prénom), est loin d’être impossible.

Petit bonus, le face à face Banks-Lloris, je persiste et signe, l’un est beau, l’autre est miraculeux.

Félix

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bordeaux costaud

Posted by Félix sur 20 avril 2009

Après un début de match difficile, les bordelais ont pris totalement la mesure de pauvres lyonnais.

Mes amis bordelais me reprochent de pas souvent chroniquer Bordeaux, voilà je m’exécute ! En toute discrétion, enfin c’est ce qu’ils croient parce qu’on a tous grillé, Bordeaux s’est placé en candidat plus que sérieux au titre.

Le Jeu

Les premières minutes furent plus que compliquée, j’ai ainsi bien eu peur que nos amis bordelais manque une nouvelle fois le coche lors d’un gros rendez-vous. Mais après 20 minutes et quelques alertes comme cette faute évidente de Chalmé sur Ederson (les bordelais vous diront qu’ils avaient été volé il y a 3 ans avec 3 péno non sifflés, ah les arguments des supporters !), Bordeaux s’est installé pépère dans cette rencontre. Sans réaliser son match le plus abouti de sa saison, Bordeaux a donc dominé Lyon assez largement, grâce notamment à ses deux hommes deux couloirs Wendel et surtout Gouffran qui ont posé d’énormes problèmes aux latéraux lyonnais. Défensivement, les marines et blanc n’ont pas vraiment été mis en danger, j’aurais probablement pu être à la place de Ramé ce soir, c’est dire !

Les Gars

Après avoir marché sur l’eau plus de la moitié de la saison, le beau Gourcuff accuse un peu le coup physiquement. Moins influent dans le jeu et moins précis dans ses contrôles comme ses remises, le breton peut néanmoins compter sur un collectif bordelais de retour. Devant sa défense, Alou Diarra (et non pas a la diarrhée) fut une nouvelle fois excellent, sans être un grand technicien, il confirme qu’il est probablement l’un des meilleurs récupérateurs de la Ligue 1. Aux avants postes, Chamakh a vécu une soirée bien moins difficile qu’à l’aller. Précieux, il aurait mérité de marquer sur un rush qui a laissé sur place les poètes Cris et Paris Boum-Boumsong. Derrière, j’ai bien aimé la partie de Diawara et Chalmé. Je ne comprends d’ailleurs toujours pas pourquoi Raymond lui préfère Clerc, à moins que….

Je veux dire euh, on vise le ti... euh la premièr...euh on joue les matchs les uns après les autres sans se poser de question (ouf)

Je veux dire euh, on vise le ti... euh la premièr...euh on joue les matchs les uns après les autres sans se poser de question (ouf)

Et maintenant ?

Bordeaux vient de négocier l’un de ses derniers virages périlleux de la saison. L’OM à deux points mais avec une meilleure différence de but, reste à portée de fusil des hommes de Blanc, encore faudra-t-il bien négocier ce match en retard à jouer face à Rennes, dans une semaine ou Bordeaux comptera trois matchs à jouer, jamais évident en fin d’exercice. Sur le jeu, bordelais comme marseillais méritent tous deux leur titre, sur la dynamique, l’OM me semble extrêmement solide mais le calendrier des bordelais plaide pour eux…

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lyon lâche prise

Posted by Félix sur 20 avril 2009

Les semaines passent et l’impression de vivre des moments historiques grandit. Plus que jamais, Lyon ne semble plus en mesure de conserver son titre. 1ère des 3 partie d’un dossier sur le titre.

Plus ça va, plus j’ai peur pour Lyon que cette saison se termine en sucette. Revoir ses objectifs à la baisse est une chose (et surtout de la communication dans le cas de Lyon), mais y être réellement confronté en est une autre. Car aujourd’hui, Lyon peut-il légitimement prétendre à un 8ème titre ?

Le Jeu

Dans le jeu, évidemment pas. Une fois de plus, Lyon n’a pas existé ce soir. Certains optimistes s’amuseront à dire que Lyon fut bien en place, mais ça, c’est pas une nouveauté. Aucune créativité ni ambition dans le jeu, une seule occasion franche (sur un exploit de Benzema), le constat est lourd mais toujours le même.
Cette OL version Puel ne m’a jamais vraiment convaincu, si un soir de League des Champions à Florence, mais encore une fois, Lyon avait opéré en contre. Car à force de ne faire que contrer, Lyon a oublié aujourd’hui comment il attaquait. Certes ils jouaient à l’extérieur, certes c’était Bordeaux en face, mais rien n’empêche Lyon de se positionner plus haut ! Je ne crois pas que Puel soit assez con pour demander cela, je vois plus un mélange entre sa frilosité habituelle et un manque de confiance de son équipe.

Les gars

Car Lyon, cette année, quand il n’est pas en confiance, devient plus que banale. Lloris, certes talentueux, n’a pas encore le mental qu’avait un Coupet (que je n’aimais pas particulièrement pourtant), en témoigne son extrême fébrilité, notamment dans les airs. Juninho, si indispensable à cet OL septuple champion de France, n’existe plus que par ses coups de pieds arrêtés (et ses coups tout court), et encore, sans briller autant que par le passé. Benzema quant à lui, qui aura longtemps tenu l’équipe à flot cette saison, est désespérément seul à la pointe de cette attaque, lui demander d’assurer 38 journées à ce rythme est donc une hérésie, mais quand son seul et unique remplaçant se nomme Piquionne -encore triste à voir-, il n’y a pas de quoi être rassuré, au point de se demander comment certains observateurs peuvent encore penser que l’OL possède le meilleur effectif.

Bon ok j'arnaque il l'a pas touché là, n'empêche qu'à part foutre des coups Juninho en ce moment...

Bon ok j'arnaque il l'a pas touché là, n'empêche qu'à part foutre des coups Juninho en ce moment...

Et maintenant ?

Des Owimbowé, Owimbowé, Owimbowé semblent flotter dans l’air (et je ne prononce pas le nom de Greg Wimbé bizarrement), de là à dire que le Lyon est mort ce soir il ne faut pas exagérer. L’argument des lyonnais pendant toute la semaine qu’ en gagnant tous les matchs, ils seraient champion est désormais faux, et avec Marseille à 4 points et Bordeaux qui passe devant, Lyon devra compter sur deux défections d’équipes qui n’ont plus que le championnat à jouer, j’y crois donc moyen, même si mathématiquement rien n’est joué.

L’objectif ne serait il donc pas plutôt d’assurer une place dans le trio de tête avant tout ? Etre resté leader si longtemps avec un niveau de jeu si médiocre n’a surement pas aidé Lyon. L’équipe n’a désormais que 6 matchs pour trouver une identité, une envie, une qualité de jeu qu’elle n’a jamais eu jusqu’ici, et quand on sait que Lyon reçoit le PSG très à l’aise à l’extérieur Vendredi, cela ne pousse pas à l’optimisme.

Seconde partie du billet avec Bordeaux, auteur d’un gros match ce soir.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »