Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘Inter’

2010, année des losers

Posted by Félix sur 7 juillet 2010

[tweetmeme source=”tfootblog” only_single=false]J’y pensais il y a quelques mois, et plus ça va plus cela se confirme. Dans le sport, on aime tous se raccrocher à des statistiques qui ne veulent pas dire grand-chose, ça remplie, et c’est toujours marrant.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

L’Inter, champion des champions

Posted by Félix sur 23 mai 2010

Ce qui est chiant quand on regarde un match entre amis et/ou dans un bar, c’est qu’il devient d’un coup beaucoup moins simple à chroniquer.  Bon, j’vais quand même essayer.

En demi, Lyon semblait à des années lumières de cette équipe du Bayern. Moins serein, moins bon techniquement et tactiquement, moins tout en fait. Ce soir, on a tous (j’imagine) ressenti la même chose pour les bavarois.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Inter tient le choc

Posted by Félix sur 29 avril 2010

Ah qu’on l’aime ce foot italien. Dès qu’on le croit mort, il ressurgit et met tout le monde d’accord avec une terrible défense.

Car prenez le Calcio dans son intégralité, en dehors de l’Inter, le niveau a sacrément baissé, les stars s’en sont allées, les stades se sont vidés et les performances en coupe d’europe se sont sévèrement dégradées, qu’importe, ce football renait toujours de ses cendres, comme en 2006.

Mais parlons du (non) match. Rien de bien passionnant si on est un adepte du « beau jeu » (bien que cette expression soit con, tout le monde préfère le beau jeu). Cette fois ci, tactiquement, Mourinho n’a pas réalisé un coup comme à l’aller ou face à Chelsea.

Il faut dire que les événements ont pas mal changé les choses, avec cette expulsion très sévère, sur un cirque de Busquets, pitoyable quand il regarde ce que décide l’arbitre, peu digne de la grandeur habituelle du Barca (ah si c’est un italien qui avait fait ça, qu’est ce qu’on aurait pas entendu !). Même si jusqu’ici l’Inter n’avait pas beaucoup attaqué, cette décision a transformé définitivement le match en attaque défense, où les catalans ont butté sur une défense intériste grandiose de rigueur.

Certes, les défenseurs nerazzurri ont été impeccable une grande partie du match, mais on ne peut pas dire que Guardiola ait totalement bien géré l’affaire. Milito (Gaby) latéral gauche d’entrée, mouef il a pas débordé de la mi-temps, et si on comprend le choix de Pep qui se méfiait des contres de l’Inter, on peut le déplorer, car il ne correspond pas au jeu de Barca. Reste Keita et Touré qui ont montré des limites, mais bon, c’est pas super facile de remplacer l’ami Iniesta.

Devant, Ibrahimovic a confirmé son statut d’attaquant surfait (et sur-boosté dans Fifa 10), capable du meilleur contre Sienne et transparent dans les grands rendez-vous. Son entente avec le reste du collectif est très disputable, notamment sa relation quasi inexistante avec Messi. Il est du reste un gros soucis pour le jeu du Barca, qui manque clairement de profondeur depuis le départ d’un Eto’o, moins brillant techniquement (et dans les pubs nike), mais au service du collectif, comme il l’a prouvé ce soir. Avec ce genre de saison, Zlatan marque des points pour son entrée au panthéon des You Tube player, aux côtés des Quaresma, Mancini et autres Zairi.

Bref, inutile de partir dans des analyses interminables sur une attaque défense de 90mn. Le Barca paye tout simplement ce soir le départ (et le mauvais remplacement) d’Eto’o, ainsi que sa profondeur de banc très légère. Jeffren et Bojan pour chercher l’égalisation, c’est un peu juste contre des brutes (dans le bons sens) comme Samuel et Lucio.

L’Inter passe donc en finale, avec une possession de balle à moins de 16% et un seul tir (non cadré), ce qui, pour la plupart des équipes, se serait soldé par une valise monumentale, mais que voulez-vous, c’est aussi jouissif de voir ce genre de choses, que seul le foot italien est capable de réussir, comme à l’Euro 2000 quand l’Italie élimine les Pays-Bas aux tirs au buts.

Cette victoire nous offre par ailleurs une finale disputée. Si le Barca se serait probablement baladé face au Bayern, l’Inter n’aura pas tant de facilités. Les bavarois, privés a priori de Ribéry auront fort à faire pour inquiéter cet Inter sûr de sa force, le duel tactique que Van Gaal et Mourinho se liveront sera donc particulièrement décisif.

Ps : J’ai vu une partie du match entre Bordeaux et Valenciennes, les girondins ont été en dessous de tout (encore plus que d’habitude) face à des valenciennois qui ont retrouvé leur jeu de début de saison. J’ai entendu Blanc encore se plaindre de ses joueurs, ce qui je répète est vraiment naze et pas très classe de sa part. En terme de psychologie, sa gestion est vraiment calamiteuse ces dernières semaines, il enfonce ses joueurs plus qu’il ne les soutient. Blesser l’orgueil d’un sportif, ça peut fonctionner, mais seulement quand on a affaire à un grand champion (qu’il était) comme Federer, Zidane. Face à des mecs fragiles comme Ciani et des jeunes comme Trémoulinas, c’est une entreprise de démolition !

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »