Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘gerets’

L’OM guéri?

Posted by Félix sur 28 mars 2010

Redirection en htm

Longtemps dans les places d’honneur, le club olympien a passé un cap psychologique en remportant la Coupe de la Ligue.


« Put**n 17 ans ! » fut ma première phrase prononcée à l’issue de cette victoire marseillaise en Coupe de la Ligue, une attente insoutenable devenue une honte pour tout un club, toute une ville qui n’attendait que ça pour s’embraser.

Alors oui, ce n’est que la Coupe à Moustache diront certains qui n’auront pas forcément tort, car un club comme l’OM ne peut se satisfaire de ce genre de victoire, mais plus que la victoire, c’est ce seuil psychologique (que d’autres aiment appeler poisse ou chkoumoune) qu’a dépassé l’OM qui est à retenir.

Car sur ces dix dernières années, Marseille a maintes fois eu l’occasion d’en finir avec cette série noire.

Souvenez vous 1999, et ce terrible dénouement du championnat dans les dernières minutes, où Bordeaux s’imposait sur un but de Feindouno, face à une équipe parisienne toute heureuse de priver son rival de titre.

J’ai aussi en tête cette finale de Coupe de l’Uefa face à Parme, où l’OM, décimé par les suspensions et blessures, fut surclassé par un Parme génération dorée : Buffon, Cannavaro, Thuram, Veron, Crespo et Enrico Chiesa, tout simplement trop fort.

Il y eu aussi cette saison 2002-2003, l’OM coaché par Alain Perrin fut à la lutte pour le titre presque toute la saison, avant de craquer en fin de saison, et notamment en ratant son rendez-vous contre le PSG de Ronaldinho, lors d’un classico mémorable se soldant sur un 0-3 au Vélodrome.

L’année suivante, nouvelle finale de l’Uefa, Marseille, auteur d’un parcours exceptionnel jusqu’ici tombait face au Valence de Benitez, mais un carton rouge très sévère de Pierluigi Collina pour Fabien Barthez anéantissait les espoirs de marseillais qui, avant cela, n’avaient pas eu à rougir.

En 2006, donnés favoris en finale de Coupe de France, les marseillais n’avaient pas confirmé leur statut et voyait leur bourreau parisien rafler la mise dans une finale où ils avaient été dépassé par l’enjeu. Ils manquèrent également leur rendez-vous l’année suivante face à Sochaux, trop confiants et totalement désorganisés.

Enfin, la saison dernière marquait le dernier échec marseillais, leader de la Ligue 1 au moment de recevoir un Lyon blessé dans son orgueil, l’équipe de Gerets passait à côté de son match, et laissait les bordelais, dix ans après, s’envoler vers le titre.

A la lecture de ces déconvenues marseillaise, on constate que rarement le club était tombé sur réellement plus fort que lui. Rendez-vous ratés, pas prêt mentalement, pas assez rigoureux voire pas assez chanceux, c’est bien dans la tête que ce club était malade.

Samedi soir, pour la première fois, l’OM a bien négocié son rendez-vous du début à la fin. Une réussite à laquelle Didier Deschamps, l’un des plus grand palmarès du football français, n’est évidemment pas étranger. Son expérience des finales, sa qualité dans la gestion mentale d’un groupe a mis fin à la névrose d’échec qui suivait ce club (et son défunt actionnaire) depuis trop longtemps, le meilleur est-il à suivre ?

Félix

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un fauteuil pour six (1/3)

Posted by Félix sur 23 mars 2009

Rarement, la Ligue 1 aura proposé autant de prétendants à la course au titre, et ce à 10 journée de la fin, tour d’horizon des forces en présence.

Lyon, favori naturel

Le club rhodanien occupe la première place du classement depuis la 5ème journée, tranquille pendant la majeure partie de la saison, il voit aujourd’hui revenir la meute. Plus que moyens face à Sochaux, sauvés par Lloris à plusieurs reprises, les lyonnais n’affichent pas une confiance folle en ce moment avec des individualités très en dessous de leur niveau. Benzema, Juninho, Cris et les autres ne sont que l’hombre d’eux même, le tout dans un schéma de jeu peu lisible.

Reste que Lyon n’a toujours pas quitté son précieux et a toujours su réagir dans les moments compliqués. Difficile donc de ne pas penser que les hommes de Puel ne seront pas très loin de la victoire finale, peut être plus grâce à leur mental qu’à un véritable talent.

Marseille, la bonne année ?

Cela fait bien longtemps que l’on n’a pas vu l’OM aussi bien placé à ce moment de la saison. Critiqués tout au long de la saison, les marseillais sont finalement quasiment constamment restés sur le podium, preuve d’une certaine régularité malgré tout. La bonne forme du moment, la qualité d’entraineur de Gerets, la forme retrouvée de Zenden ou Ben Arfa sont évidemment des plus, et une série positive lors des prochains matchs pourrait permettre à Marseille de s’envoler.

Malheureusement, cet OM n’a pour le moment pas été capable de réaliser une grosse série cette saison, perdant un trop grand nombre de point bêtement à domicile, rédhibitoire ? Les marseillais ont les cartes en main, à eux d’être à la hauteur de leurs ambitions.

A suivre, Bordeaux, Paris, Lille et Toulouse…

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OM à la relance

Posted by Félix sur 16 mars 2009

La victoire des olympiens jumelée à la défaite de Lyon relance un championnat qui n’a pas fini de nous étonner.

Ces dernières heures ont été l’occasion d’assister à des retournements de vestes spectaculaires. Lynché depuis de semaine, le brésilien Brandao est le symbole d’une équipe de l’OM qui monte en puissance, jusqu’où ?

La victoire d’hier face au Paris Saint Germain ne souffre en effet d’aucune contestation, et je dois bien dire que je n’attendais pas les marseillais aussi bien face à un PSG en pleine bourre. En mettant Ben Arfa et Niang sur le banc, Gerets a mis ses couilles sur le paperboard en jetant son dévolu sur Boudi…Boudejwe…Bolo Zenden, pari gagné.

Le Batave a montré dans ce match toute sa supériorité technique et tactique, impeccable dans son replacement défensif, physiquement de nouveau au top comme sur cette course qui offre le coup franc du second but. Un juste récompense pour un joueur d’un professionnalisme rare, beaucoup à sa place ne montreraient pas tant d’enthousiasme et d’envie malgré son temps de jeu limité.

Côté parisien, ce fut moins brillant. Les hommes de Paul Le Guen ont abusé de longs ballons vers Hoarau (comme depuis quelques matchs), ce à quoi l’OM et Civelli s’attendaient. Seul Giuly aura considérablement gêné l’arrière garde olympienne, sa vitesse et ses appels dans le dos furent bien difficile à maitriser en première mi-temps, moins en seconde où le lutin fut repositionné sur la droite.

Une victoire qui empêche le PSG de filer, donnant une concentration incroyable dans le haut du tableau. Avec les sept premières équipes en six points, tout semble possible et tout le monde se met à rêver, peut être à tord, les prochaines semaines donneront les premières tendances.

En bonus le formidable numéro de cirque des clown Bolo et Brandao, un régal qui vaut plus que n’importe quel but !

brandao_zenden

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Week-End de Foot

Posted by Félix sur 24 septembre 2008

Peu occupé et encore on holiday (alala fainéants d’étudiants), j’ai pu me faire un de mes derniers week-end foot de ces vacances et me délectant (ou pas) de cette 6ème journée de ligue 1, mes impressions.

Le Havre – Lyon

Comme quasi systématiquement depuis des années, Lyon a gagné son match de championnat qui suivait celui de champion’s league. Une stat qui peut sembler anodine, mais à l’heure des comptes en fin de saison, on se rend compte que cette capacité qu’a la machine lyonnaise à gagner ces matchs compte énormément.
D’autant plus que Le Havre a opposé une belle résistance au septuple champion de France. Le club doyen, mené par un bon Alassane, mais aussi par un Fauré décidément toujours aussi vendangeur, un comble pour quelqu’un qui avait il fut un temps été surnommé « le Van Nistelrooy de la ligue 2 » (je dirais plutôt Van Nistelrouille pour ma part, oui je suis drôle), a montré de belle capacité dans le jeu, en manquant malgré tout d’impact à la finition.
De son coté, comme souvent cette saison, Lyon n’a pendant longtemps pas été magique, loin de là, mais avec un effectif remanié, l’essentiel est là avec une victoire sur un pénalty cette fois ci indiscutable, il était de toute façon difficile d’en demander beaucoup plus aux lyonnais après la grosse débauche d’énergie face à la Fiorentina.
Mention spéciale au duo Pjanic Benzema, dont la relation technique fut un régal pour les yeux, espérons que Claude Puel tentera une nouvelle fois d’associer les deux.

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bon récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bons récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Saint Etienne – PSG

Les verts renouent avec la victoire face à un PSG mi figue mi raisin, et un Hoarau qui confirme les limites dont l’on pouvait se douter, notamment techniquement et face au but avec deux grosses occasions manquées. Difficile néanmoins d’en vouloir à ce jeune joueur qui débarque de ligue 2, j’espère juste pour lui (et pour Paris) que Kezman saura palier son manque de confiance actuel lors des prochain matchs.
Dominateurs en début de match, les parisiens ont par la suite laissé du terrain aux stéphanois, qui ouvrirent le score de sublime manière par le prometteur Dabo (en état de grâce), non sans la complicité d’un Landreau pas exceptionnel.
Dès lors, Saint Etienne prenait confiance et pouvait organiser le jeu à sa guise. Matuidi, énorme à la récupération (il a dégouté Jay Jay Sessegnon pour vous donner une idée), a été omniprésent au milieu de terrain, organisant avec son beau pied gauche vers les Dernis et autres Ilan, un des très bons joueurs trop peu médiatisés de notre championnat. Intéressant d’ailleurs de voir le coaching de Roussey sur ce match, qui a préféré faire tourner quelques jours après le déplacement en Israel, une constante pour le coach des verts, qui comptera surement en fin de saison quand les organismes des adversaires seront plus usés.
On ne peut pas mentir et dire que ce match a été un chef d’œuvre, les fautes techniques de part et d’autre furent en effet trop nombreuses pour assurer un spectacle digne de ce nom, même dans les bonnes périodes stéphanoises. Des bonnes périodes dans lesquelles le PSG a recommencé à se liquéfier comme les saisons précédentes, sans que cela ne porte préjudice grâce notamment à un Makélélé certes toujours à la limite du carton rouge, mais toujours là pour motiver ses troupes, un capitaine exemplaire qui va faire du bien au PSG.
Coté stéphanois on respire, et force est de constater que l’effectif de Saint Etienne est costaud cette saison, malgré le départ récent de Feindouno.
Gomis, Ilan, Grax, Giglotti, Miralas Dernis, Payet, Matsui, il n’y a pas à dire le potentiel offensif des verts est impressionnant, espérons donc qu’il ne sera pas assombri par une solidité défensive déficiente.

OM – Monaco

Un match des plus soporifiques que j’ai eu l’occasion de suivre en cette fin de week-end.
Il faut dire qu’à la décharge des marseillais, moins fringants que depuis le début de la saison, Monaco et l’ambitieux Ricardo avait décidé de fermer les portes durant 90 minutes, et de profiter des occasions de contre. Un contrat rempli donc à moitié, car si les monégasques ont bétonné comme il faut durant tout le match, ils ont aussi par l’intermédiaire de Nimani et Park loupé un nombre élevé d’occasion ou situations, appelez ça comme vous voulez.

Et l’OM dans tout ça ? Je dois avouer que je suis assez perplexe. Non pas que ce match remette totalement en question tout le mercato olympien (même si beaucoup de gens essayent de faire passer cette idée), mais on a fortement senti l’abscence d’un Djibril Cissé dimanche soir. L’argument est souvent de dire que Cissé n’est qu’un joueur de profondeur et qu’il n’aurait rien apporté contre Monaco, mais il faut avoir manqué toute la seconde partie de saison dernière pour penser que Djibril ne sait pas jouer en point de fixation.

De plus, avec un nombre de nains impressionnant (et pourtant j’aime les joueur petits !), l’OM manque sérieusement de poids devant, d’autant plus lorsque Mamadou Niang, peu convainquant depuis son retour de la CAN (même si statistiquement irréprochable) commence à se reposer sur ses lauriers. Espérons donc pour l’intérêt du championnat que l’OM trouvera solution à ce problème.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

A venir, « les dossiers de tfoot », afin de donner un peu plus notre avis sur des constantes du football d’aujourd’hui : La vidéo, le football français en coupe d’Europe et plein d’autres !

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »