Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘crise’

L’Inter tient le choc

Posted by Félix sur 29 avril 2010

Ah qu’on l’aime ce foot italien. Dès qu’on le croit mort, il ressurgit et met tout le monde d’accord avec une terrible défense.

Car prenez le Calcio dans son intégralité, en dehors de l’Inter, le niveau a sacrément baissé, les stars s’en sont allées, les stades se sont vidés et les performances en coupe d’europe se sont sévèrement dégradées, qu’importe, ce football renait toujours de ses cendres, comme en 2006.

Mais parlons du (non) match. Rien de bien passionnant si on est un adepte du « beau jeu » (bien que cette expression soit con, tout le monde préfère le beau jeu). Cette fois ci, tactiquement, Mourinho n’a pas réalisé un coup comme à l’aller ou face à Chelsea.

Il faut dire que les événements ont pas mal changé les choses, avec cette expulsion très sévère, sur un cirque de Busquets, pitoyable quand il regarde ce que décide l’arbitre, peu digne de la grandeur habituelle du Barca (ah si c’est un italien qui avait fait ça, qu’est ce qu’on aurait pas entendu !). Même si jusqu’ici l’Inter n’avait pas beaucoup attaqué, cette décision a transformé définitivement le match en attaque défense, où les catalans ont butté sur une défense intériste grandiose de rigueur.

Certes, les défenseurs nerazzurri ont été impeccable une grande partie du match, mais on ne peut pas dire que Guardiola ait totalement bien géré l’affaire. Milito (Gaby) latéral gauche d’entrée, mouef il a pas débordé de la mi-temps, et si on comprend le choix de Pep qui se méfiait des contres de l’Inter, on peut le déplorer, car il ne correspond pas au jeu de Barca. Reste Keita et Touré qui ont montré des limites, mais bon, c’est pas super facile de remplacer l’ami Iniesta.

Devant, Ibrahimovic a confirmé son statut d’attaquant surfait (et sur-boosté dans Fifa 10), capable du meilleur contre Sienne et transparent dans les grands rendez-vous. Son entente avec le reste du collectif est très disputable, notamment sa relation quasi inexistante avec Messi. Il est du reste un gros soucis pour le jeu du Barca, qui manque clairement de profondeur depuis le départ d’un Eto’o, moins brillant techniquement (et dans les pubs nike), mais au service du collectif, comme il l’a prouvé ce soir. Avec ce genre de saison, Zlatan marque des points pour son entrée au panthéon des You Tube player, aux côtés des Quaresma, Mancini et autres Zairi.

Bref, inutile de partir dans des analyses interminables sur une attaque défense de 90mn. Le Barca paye tout simplement ce soir le départ (et le mauvais remplacement) d’Eto’o, ainsi que sa profondeur de banc très légère. Jeffren et Bojan pour chercher l’égalisation, c’est un peu juste contre des brutes (dans le bons sens) comme Samuel et Lucio.

L’Inter passe donc en finale, avec une possession de balle à moins de 16% et un seul tir (non cadré), ce qui, pour la plupart des équipes, se serait soldé par une valise monumentale, mais que voulez-vous, c’est aussi jouissif de voir ce genre de choses, que seul le foot italien est capable de réussir, comme à l’Euro 2000 quand l’Italie élimine les Pays-Bas aux tirs au buts.

Cette victoire nous offre par ailleurs une finale disputée. Si le Barca se serait probablement baladé face au Bayern, l’Inter n’aura pas tant de facilités. Les bavarois, privés a priori de Ribéry auront fort à faire pour inquiéter cet Inter sûr de sa force, le duel tactique que Van Gaal et Mourinho se liveront sera donc particulièrement décisif.

Ps : J’ai vu une partie du match entre Bordeaux et Valenciennes, les girondins ont été en dessous de tout (encore plus que d’habitude) face à des valenciennois qui ont retrouvé leur jeu de début de saison. J’ai entendu Blanc encore se plaindre de ses joueurs, ce qui je répète est vraiment naze et pas très classe de sa part. En terme de psychologie, sa gestion est vraiment calamiteuse ces dernières semaines, il enfonce ses joueurs plus qu’il ne les soutient. Blesser l’orgueil d’un sportif, ça peut fonctionner, mais seulement quand on a affaire à un grand champion (qu’il était) comme Federer, Zidane. Face à des mecs fragiles comme Ciani et des jeunes comme Trémoulinas, c’est une entreprise de démolition !

Posted in Coupe d'Europe | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Bordeaux toujours plus bas

Posted by Félix sur 25 avril 2010

Chaque semaine, avant le début de la journée de championnat, je me dis, « bon, ce coup-ci ils vont quand même gagner », ça commence même pas toujours trop mal, comme au Mans, face à Lyon ou même hier contre Lorient, et patatra l’équipe prend un but et se liquéfie.

Mais attention, je ne veux pas entendre parler de cette explication de footix (que bon nombre « d’experts » osent vous sortir encore), comme quoi Bordeaux n’a tout simplement pas de chance, et « encaisse un but sur chaque erreur ».

Le coup de la malchance, ça va 5 minutes, mais au bout d’un moment, c’est juste une faillite collective et individuelle, évidemment que t’encaisse un but sur chaque erreur gros malin, ça s’appelle le haut niveau ! La L1 c’est peut-être pas top, mais quand tu fais une ou plusieurs conneries, tu te prends un but en général, c’est le jeu ma pauvre Lucette, si t’es pas contente, joue en amateur.

On a vraiment l’impression que Bordeaux subi la situation et accuse un peu tout et n’importe quoi, sans jamais se remettre en question. La palme revient à Gourcuff qui explique que les médias sont responsables de la mauvaise passe. Je conseille donc au beau gosse de ne jamais partir dans un grand club, car ce que vit Bordeaux cette année médiatiquement, c’est juste un dixième de ce que le PSG ou l’OM vivent tous les ans.

Blanc quant à lui, commence à m’agacer. Je le trouve super détaché dans cette histoire, genre « ah mais moi j’y peux rien, j’ai une équipe de tanche », sauf que t’as été champion avec ces mecs là y a un an, donc bon t’y es peut-être pour quelque chose ?

Il serait temps que celui que tout le monde souhaite voir à la tête de l’équipe de France mette les mains dans le cambouis, et avoue aussi ses tords pour que tout le monde avance, et ne pas se rejeter la faute. Hier, Bordeaux n’a pas forcément été mauvais, l’équipe encaisse un but oui, et alors, ce n’était pas un but en or ! On dirait que Bordeaux se liquéfie à chaque fois que quelque chose ne tourne pas rond, un peu comme le PSG en fait, ce qui n’est pas bon signe. D’ailleurs, l’équipe n’a quasiment plus existé par la suite, hormis sur une frappe à bout portant de Chamakh, où le marocain fait preuve d’une suffisance incroyable à 0-1.

Dans les autres matchs, rien de bien passionnant. Lille arrive enfin à gagner à l’extérieur, Montpellier marque clairement le pas et rien d’autre parce que les ¾ de la L1 sont déjà en vacances, passionnant.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arles-Avignon, renversant !

Posted by Félix sur 24 avril 2010

Fièvre, mal de gorge, mal de tête, pas d’autre choix pour moi hier que de regarder la Ligue 2, au risque que les choses empirent.

Une fois n’est pas coutume je me suis posé devant « Ma Chaine Sport », probable plus mauvais nom de chaine de l’histoire de  la télévision, mais passons.

Ca commence avec les 30 premières minutes de Istres-Brest, oui je vous vends du rêve,  c’est comme ça tfoot. Brest a beau être quasiment en L1, il s’est pris une leçon de foot par un club reléguable lors de la première mi-temps.

La qualité technique, l’impact physique étaient istréens étonnement. Des joueurs disponibles, de bons ballons donnés dans le bon tempo, un Saifi de gala (en général, il l’est contre Paris, Lyon et Marseille), on aurait vraiment eu l’impression de la Ligue 2 si Istres n’avait pas croqué autant, et pas cherché à marquer le but de la décennie sur chaque action. Qu’importe, ils ont fini par gagner 1-0 plutot logiquement.

Mais le match le plus marquant fut surtout ce Metz-Arles-Avignon (non, il n’y avait pas trois équipes sur le terrain, à toi footeux de le découvrir). A Saint Symphorien, c’était opération commando. Places soldées pour remplir le stade, entraineur limogé remplacé par l’emblématique Joel Muller -entraineur qui a échoué partout où il est passé depuis 10 ans- bref tout était réunis pour sortir de la crise ce soir, et s’envoler vers la L1.

D’ailleurs, Metz commence plutôt pas mal. Deux grosses occasions en 5 mn, de l’envie voire de belles actions construites, Metz semble en avoir fini avec la crise, d’autant qu’Arles-Avignon ne voit pas le jour.

Et il le voit encore moins quelques minutes plus tard, âpres l’ouverture d’un énième Mendy (ooh racisme ! non c’est juste qu’il y en a beaucoup dans le foot, et qu’aucun ne se démarque par un talent particulier, hormis Bernardinho), mais surtout âpres l’expulsion bien con de Liron, y a pas à dire, à ce moment, ça pue la soirée foireuse.

On entend alors André Ayew, fils d’Abedi dire à son entraineur de ne pas s’inquiéter, et qu’ils vont y arriver. Sympa petit, m’enfin quand on voit ce que vous faites à 11, on peut s’inquiéter à 10.

Que néni, Metz, à l’instar de Lyon, n’a pas du tout su gérer son avantage numérique et a totalement déjoué, ressortant le syndrome du « j’attaque un peu, mais pas trop ça serait la honte d’en prendre un donc je fais rien et j’en prends un », avec un but sur une grossière erreur défensive en fin de première mi-temps.

Arles-Avignon ne lâche rien en seconde mi-temps. Surmotivé par le scénario du match, attendant son adversaire calmement (car Metz n’est pas foutu de réussir une passe à 3 mètres) pour placer un contre assassin.

On sent Ayew et Dale dangereux sur chaque offensive, ils ne font pas toujours (voire rarement) les bons choix, mais Metz est à chaque fois à la limite, et sa défense centrale de CFA (mais attention, avec un brésilien, touche technique mais que dans le nom) ne lui donne pas trop envie d’aller à l’abordage, au milieu, le revenant Sébastien Piocelle stabilise énormément le jeu avignonnais.

Metz tâtonne, attend un petit miracle qui ne viendra jamais. Arles-Avignon inversement montre tout son cœur et un mental d’acier en allant chercher la victoire sur un contre à la dernière minute, et un calme olympien de Dale au moment de conclure.

Revenir au score et s’imposer à 10 contre 11, c’est une réelle performance, même en L2, symbole d’une équipe qui à défaut d’être la plus talentueuse, montre un état d’esprit admirable du début à la fin. J’espère vraiment les voir l’année prochaine en L1, plutôt qu’un club comme Metz perpétuellement en crise depuis 12 ans.

Posted in Ligue 2 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paris coule Bordeaux

Posted by Félix sur 11 avril 2010

Je dois avouer que j’ai bien été étonné par la victoire du PSG et l’attitude générale du club autour de ce match. Les rumeurs faisaient état d’un Paris qui allait lâcher, comme en 1999, pour empêcher Marseille d’aller au bout, il n’en fut rien.

Hier, Paris a joué crânement sa chance, sans un talent ni sans une maitrise incroyable certes, mais avec le cœur, jusqu’au bout, ce que l’on a rarement vu chez les parisiens cette saison.

Du côté de Bordeaux, rien ne va plus depuis 2010, et c’est au plus mauvais moment que les Girondins s’en rendent compte. Les bordelais ont fait preuve de suffisance, voire d’arrogance ces derniers mois, et ont vu leur énorme avance couler petit à petit.

Une suffisance, qui peut s’expliquer par les louanges à foison qu’on reçu les bordelais pendant la majeure partie du championnat, parfois à tord. On a longtemps vanté les mérite du jeu bordelais, mais à y voir de plus prêt, Bordeaux a la possession, fait tourner joliment, mais ne se créé pas d’occasion dans le jeu.

Individuellement, certains joueurs s’écroulent aujourd’hui totalement. Ciani ne s’est pas remis de sa sélection en bleu, accumulant les bourdes graves à chacune des ses sorties, comme hier, où il est responsable de l’expulsion de Ramé. Chalmé lui, ne met plus un pied devant l’autre depuis longtemps, et compense en passant son temps à pleurer et plonger. Devant, si Gourcuff tient le coup physiquement, il n’est plus décisif dans le jeu, quant à Chamakh, tout bon joueur de collectif qu’il est, confirme qu’il n’est pas un buteur capable de marquer sa quinzaine de buts chaque saison.

Un somme de faillites individuelles qui créé une catastrophe comptable en 2010, sur la phase retour, Bordeaux est 14ème du classement ! Les hommes de Blanc ont encore le temps pour se remettre et aller chercher au moins le podium, mais il est temps de se réveiller.

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paris, c’est encore du Foot ?

Posted by Félix sur 10 avril 2010

Encore cette année, le PSG aura brillé par sa médiocrité en championnat. Si dans le jeu, les parisiens auront parfois inquiété quelques cadors, notamment Lyon à l’aller et au retour, ils ont toujours fini par lâcher mentalement, voire exploser comme contre l’OM (0-3).

Ce soir, il se murmure que les supporters parisien (Boulogne comme Auteuil) verraient d’un bon œil une victoire de Bordeaux au Parc, histoire d’empêcher Marseille de s’envoler vers le titre. Rien d’étonnant c’est sûr, et la plupart des supporters penseraient probablement la même chose dans la même situation.

Il n’empêche, qu’aujourd’hui, le seul rayon de soleil dans la saison du PSG, serait de voir le rival marseillais s’écrouler, réjouissant certes, mais cela dénote vraiment le vide abyssal des ambitions sportives d’un club, qui ne joue plus grand chose depuis plus de 6 ans maintenant, ça commence à durer mine de rien !

6 ans sans Ligue des Champions, 6 ans de crises et changement d’entraineurs, dirigeants, 6 ans d’histoires avec les supporters et 2 morts, 6 ans à essayer de se refaire en gagnant la coupe de France, mais le pire, c’est que ça commence à devenir normal.

Cela peut-il changer ? Il y a toujours moyen, mais il va falloir enfin un projet sérieux pour ce club. Economiquement, Paris perd du blé tous les ans : mauvaise gestion, mauvais choix, achat à crédit, autant d’exemples qui montre que ce club fonctionne à l’envers.

Aujourd’hui, le PSG a plus besoin de dirigeants compétant que d’investisseurs. Un projet sérieux, sur le long terme, pour espérer autre chose, que voir son rival tomber.

Félix

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Un collectif, ça n’a pas de prix

Posted by Félix sur 28 octobre 2009

guti,15

Il y a certaines choses qui ne s’achètent pas, pour le reste il y a Mastercard (Florentino Perez), mais ça fait pas du Real une équipe de foot.

Souvenez vous, Real-OM  il y a un mois. La défaite chère payée 3-0 des olympiens ce soir là (et les médias criant à la crise comme on crit au loup) éclipsait une prestation plus que moyenne de madrilènes incapables de fournir du jeu à 11 contre 10, et menés aux points par les hommes de Deschamps pendant une heure.

MOI,  parce que je vois tout avant tout le monde évidemment, je l’avais remarqué, aucun doute, le Barca pouvait déjà fêter son nouveau titre en Liga. Hier soir, en perdant face à Alcorcon, club de 3ème division,  Madrid n’a fait que confirmer cet état de fait.

Et pourtant, ce n’est pas faute de nous l’avoir vendu ce Real. 94 millions par-ci, 75 par-là, des maillots vendus à la pelle, Cristiano Ronaldo qui se tape Hilton (Paris, pas Victorino), ce Real là allait tout gagner, et CR9 (désormais) devenir la plus grande star de la planète.

Si Ronaldo n’a pas mis longtemps à cartonner, avant d’être marabouté par Paris (Hilton, pas le PSG), Madrid lui, tarde à convaincre.

Passé la grande fête de la rentrée (vous savez, quand toutes les nouvelles recrues cartonnent pendant les premiers matchs), les carences défensives des meringues apparaissent au grand jour, dans la mesure ou l’attaque ne peut pas planter 4 buts par match (c’est humain), d’autant plus avec une telle misère collective.

Embouteillage dans l’axe, déséquilibre collectif, Raul qui freine l’intégration de Benzema, le coach Pellegrini, excellent à Villareal mais déjà sérieusement menacé, doit faire face au syndrome « Le plus grand Cabaret du Monde » dans son effectif, je m’explique.

Souvent, lorsqu’une équipe réalise un gros recrutement, l’égo de certains, l’envie de briller des autres, fait que sur le terrain chacun réalise son petit numéro de son côté, sans se soucier de l’équipe ou de son entraineur qui, à moins de s’appeler Patrick Sébastien, ne peut pas y faire grand chose (à moins d’avoir Shirley et Dino dans son effectif !).

Bref, ce Real là a besoin de pas mal de chose pour se relever. D’abord de temps, car on ne créé pas un collectif du jour au lendemain (la première ère galactique n’intégrait qu’une star par an, pas 3 ou 4), mais aussi de la poigne d’un grand entraineur capable de rassembler un vestiaire qui se fout sur la gueule.

Pellegrini, tout excellent coach qu’il était à Villareal, ne semble pas capable de gérer des égos surdimensionnés, comme celui de Riquelme à l’époque, et aura beaucoup de difficultés à inverser la tendance. A Florentino de ressortir la Mastercard pour un Galactique du banc, reste à savoir qui saura gérer un tel effectif.

Posted in Championnats Européens | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Lyon n’avance plus

Posted by Félix sur 15 mars 2009

Encore et toujours calamiteux dans le jeu, les lyonnais inquiètent, c’est grave docteur ?

De ma mémoire de footeux (bon je compte pas l’avant 98 on est d’accord), je n’ai pas souvenir d’un OL aussi faible. Et je ne veux pas seulement parlé de cette prestation cataclysmique contre Auxerre, qui n’en est finalement qu’une de plus, seul changement, aujourd’hui les individualités de Lyon ne font plus la différence.

Car avouons le, l’équipe de Puel n’a jamais été convaincante depuis le début de la saison. En dehors de quelques matchs de Ligue des Champions la plupart des matchs furent de véritables purges.
Un exploit de Benzema (ou deux), un coup de pied arrêté de Juninho, un réalisme froid, voilà ce que n’a plus l’OL de ces derniers mois, qui affichent des stats indignes d’un champion de France, de quoi s’étonner de son encore actuelle place de leader.

Benzema, désespérément seul, ne peut pas tout faire.

Benzema, désespérément seul, ne peut pas tout faire.

A la même époque la saison dernière, l’équipe de Perrin en était à 18 buts de plus en championnat, de quoi relativiser la prétendue mauvaise saison d’Alain Perrin et la réputation exceptionnelle dont jouit encore Claude Puel.
Autre stat’ alarmante, une seule victoire à domicile depuis novembre, et encore contre le Havre, il est temps d’arrêter de nier et de changer quelque chose, car Lyon n’arrive plus à faire le jeu, mais aussi et surtout la différence.

Tout n’est pourtant pas perdu, et l’OL est encore leader finalement, chose inquiétante pour le niveau du championnat d’ailleurs. Si les individualités reprennent le dessus, Lyon a encore de quoi conserver son titre, le club ayant acquis une culture de la gagne que n’ont pas ses concurrents, reste à voir si ces stars ont les ressources physiques pour cela…

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »