Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Posts Tagged ‘arbitrage’

37e journée de L1 (enfin ce que j’ai vu)

Posted by Félix sur 9 mai 2010

Difficile de parler d’une journée de championnat quand on a vu 5mn par-ci par-là de tous les matchs. Eh ouais, le multiplex c’est sympa à regarder (même si niveau dramaturgie, c’est un peu faible cette année), mais c’est une horreur à chroniquer.

A la sortie de cette journée, ce sont les lillois qui font de toute évidence la bonne affaire, avec leur victoire sur des marseillais qui contrairement aux lyonnais il y a 5 ans, ont joué le jeu.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Vidéo dans le foot : la loi

Posted by Félix sur 29 avril 2010

La vidéo, on entend beaucoup parler. Pour ou contre, pourquoi oui pourquoi non, le débat tourne en rond depuis bien longtemps. Il est temps d’expliquer non pas pourquoi mais comment appliquer cette méthode qui peut réellement fonctionner.

1/ Les cas

On ne va évidemment pas utiliser la vidéo pour une touche (inutile argument des anti-vidéo), il faut règlementer son utilisation, comme au tennis, comme au rugby.

La vidéo s’appliquera donc uniquement à ces 3 cas :

–       But ou pas But (le ballon a-t-il franchi la ligne ?)

–       Pénalty ou pas pénalty (faute, pas faute, main volontaire, simulation)

–       Faute ou pas faute qui annihile une action de but, et donc carton rouge

Et seulement dans ces trois cas. Les quelques râleurs qui demanderont d’utiliser la vidéo dans d’autres cas n’auront pas d’autre choix que d’accepter la règle, comme au tennis, comme au rugby ou ils écoperont un carton jaune. Concernant le hors-jeu, les contraintes techniques semblent trop grandes pour que la vidéo puisse apporter quelque chose.

2/ Utilisation

J’entends souvent dire que les matchs dureront 3h30 à cause de la vidéo : Faux ! Il faut bien évidemment limiter son utilisation et ce pour les diffuseurs qui ont une grille de programmes à gérer, comme pour les arbitres qui verraient leur autorité baisser en cas de recours systématique.

Le système de challenge du tennis a fait ses preuves depuis plus de 3 ans, il permet aux joueurs de moins s’énerver contre les décisions arbitrales, et apporte une dramaturgie fantastique pour les spectateurs et téléspectateurs.

Accordons donc 1 challenge par équipe par match. C’est le capitaine qui devra prendre ses responsabilités et le demander à l’arbitre. Il ne pourra évidemment pas demander une seconde fois dans le match une intervention de la vidéo, et c’est là que se situera toute la dramaturgie de l’utilisation de la vidéo.

3/ Qui décide ?

En tribune, deux arbitres devront se mettre d’accord sur l’action litigieuse. En cas de désaccord ou d’impossibilité de voir la vérité à l’image, c’est la décision prise initialement par l’arbitre du centre qui sera la bonne, car il est au centre du jeu.

4/Dans quelles compétitions

Les coûts engendrés seront forcément plus lourds quoique pas beaucoup plus que pour l’arbitrage à 5. Ils pourraient être subventionnés en partie par la publicité lors de l’appel à la vidéo : « Le challenge vidéo vous est proposé ce soir par cochonou ! » (bon c’est juste un exemple).

En outre elle ne sera utilisée que lors des « gros matchs ». Le match de ligue 1 du dimanche soir par exemple, les compétition internationales (Euro, Coupe du Monde…), en Ligue des champions ou encore en UEFA à partir des 8èmes de finale.

L’argument d’injustice ne sera pas recevable. Au tennis, seuls les courts centraux sont équipés de l’assistance vidéo « hawk eye » dans la plupart des tounois, et aucun joueur ne s’est plaint de ceci, professionnels comme amateurs et ce sera le même cas au foot.

Pourquoi  en effet tant d’hypocrisie sur « l’universalité du foot ». L’écart entre foot pro et amateur n’a pas attendu la vidéo pour se creuser et les sommes d’argent en jeu marquent cette différence, inutile donc de se mentir.

Conclusion

Voilà, c’est à peu prêt tout, on parle souvent pour ne rien dire à ce sujet, souvent pour polémiquer et remplir des émissions en manque d’intérêt. Même si ma démarche est un peu stérile, car le board vient de refuser une nouvelle fois la vidéo, elle a le mérite d’exister et, pourquoi pas d’aider lorsque l’on débat contre un gros malin anti-vidéo.

Je ne prétends pas que la vidéo est le meilleur des systèmes, mais je suis persuadé qu’elle est le plus juste. (ouah ça fait citation en dissert’ de philo !).

Posted in Vidéo dans le foot | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Week-End de Foot

Posted by Félix sur 24 septembre 2008

Peu occupé et encore on holiday (alala fainéants d’étudiants), j’ai pu me faire un de mes derniers week-end foot de ces vacances et me délectant (ou pas) de cette 6ème journée de ligue 1, mes impressions.

Le Havre – Lyon

Comme quasi systématiquement depuis des années, Lyon a gagné son match de championnat qui suivait celui de champion’s league. Une stat qui peut sembler anodine, mais à l’heure des comptes en fin de saison, on se rend compte que cette capacité qu’a la machine lyonnaise à gagner ces matchs compte énormément.
D’autant plus que Le Havre a opposé une belle résistance au septuple champion de France. Le club doyen, mené par un bon Alassane, mais aussi par un Fauré décidément toujours aussi vendangeur, un comble pour quelqu’un qui avait il fut un temps été surnommé « le Van Nistelrooy de la ligue 2 » (je dirais plutôt Van Nistelrouille pour ma part, oui je suis drôle), a montré de belle capacité dans le jeu, en manquant malgré tout d’impact à la finition.
De son coté, comme souvent cette saison, Lyon n’a pendant longtemps pas été magique, loin de là, mais avec un effectif remanié, l’essentiel est là avec une victoire sur un pénalty cette fois ci indiscutable, il était de toute façon difficile d’en demander beaucoup plus aux lyonnais après la grosse débauche d’énergie face à la Fiorentina.
Mention spéciale au duo Pjanic Benzema, dont la relation technique fut un régal pour les yeux, espérons que Claude Puel tentera une nouvelle fois d’associer les deux.

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bon récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Prometteur à Troyes, Blaise Matuidi prouve semaines après semaines qu'il est l'un des très bons récupérateurs de la Ligue 1, Hein Arsène !

Saint Etienne – PSG

Les verts renouent avec la victoire face à un PSG mi figue mi raisin, et un Hoarau qui confirme les limites dont l’on pouvait se douter, notamment techniquement et face au but avec deux grosses occasions manquées. Difficile néanmoins d’en vouloir à ce jeune joueur qui débarque de ligue 2, j’espère juste pour lui (et pour Paris) que Kezman saura palier son manque de confiance actuel lors des prochain matchs.
Dominateurs en début de match, les parisiens ont par la suite laissé du terrain aux stéphanois, qui ouvrirent le score de sublime manière par le prometteur Dabo (en état de grâce), non sans la complicité d’un Landreau pas exceptionnel.
Dès lors, Saint Etienne prenait confiance et pouvait organiser le jeu à sa guise. Matuidi, énorme à la récupération (il a dégouté Jay Jay Sessegnon pour vous donner une idée), a été omniprésent au milieu de terrain, organisant avec son beau pied gauche vers les Dernis et autres Ilan, un des très bons joueurs trop peu médiatisés de notre championnat. Intéressant d’ailleurs de voir le coaching de Roussey sur ce match, qui a préféré faire tourner quelques jours après le déplacement en Israel, une constante pour le coach des verts, qui comptera surement en fin de saison quand les organismes des adversaires seront plus usés.
On ne peut pas mentir et dire que ce match a été un chef d’œuvre, les fautes techniques de part et d’autre furent en effet trop nombreuses pour assurer un spectacle digne de ce nom, même dans les bonnes périodes stéphanoises. Des bonnes périodes dans lesquelles le PSG a recommencé à se liquéfier comme les saisons précédentes, sans que cela ne porte préjudice grâce notamment à un Makélélé certes toujours à la limite du carton rouge, mais toujours là pour motiver ses troupes, un capitaine exemplaire qui va faire du bien au PSG.
Coté stéphanois on respire, et force est de constater que l’effectif de Saint Etienne est costaud cette saison, malgré le départ récent de Feindouno.
Gomis, Ilan, Grax, Giglotti, Miralas Dernis, Payet, Matsui, il n’y a pas à dire le potentiel offensif des verts est impressionnant, espérons donc qu’il ne sera pas assombri par une solidité défensive déficiente.

OM – Monaco

Un match des plus soporifiques que j’ai eu l’occasion de suivre en cette fin de week-end.
Il faut dire qu’à la décharge des marseillais, moins fringants que depuis le début de la saison, Monaco et l’ambitieux Ricardo avait décidé de fermer les portes durant 90 minutes, et de profiter des occasions de contre. Un contrat rempli donc à moitié, car si les monégasques ont bétonné comme il faut durant tout le match, ils ont aussi par l’intermédiaire de Nimani et Park loupé un nombre élevé d’occasion ou situations, appelez ça comme vous voulez.

Et l’OM dans tout ça ? Je dois avouer que je suis assez perplexe. Non pas que ce match remette totalement en question tout le mercato olympien (même si beaucoup de gens essayent de faire passer cette idée), mais on a fortement senti l’abscence d’un Djibril Cissé dimanche soir. L’argument est souvent de dire que Cissé n’est qu’un joueur de profondeur et qu’il n’aurait rien apporté contre Monaco, mais il faut avoir manqué toute la seconde partie de saison dernière pour penser que Djibril ne sait pas jouer en point de fixation.

De plus, avec un nombre de nains impressionnant (et pourtant j’aime les joueur petits !), l’OM manque sérieusement de poids devant, d’autant plus lorsque Mamadou Niang, peu convainquant depuis son retour de la CAN (même si statistiquement irréprochable) commence à se reposer sur ses lauriers. Espérons donc pour l’intérêt du championnat que l’OM trouvera solution à ce problème.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

La détresse de Mamadou Niang, lorsqu'il apprend qu'avec le départ de Cissé il sera le responsable n°1 de tous les problèmes offensifs de l'OM.

A venir, « les dossiers de tfoot », afin de donner un peu plus notre avis sur des constantes du football d’aujourd’hui : La vidéo, le football français en coupe d’Europe et plein d’autres !

Posted in Ligue 1 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »