Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Archive for the ‘Tfoot’s’ Category

Tfoot’s du pire président : le Triaud Magique

Posted by Félix sur 29 mai 2010

Non ! Les indispensables Tfoot’s ne sont pas (encore) morts, et profitent d’une panne d’actu foot (et d’une bonne vieille insomnie) pour faire leur retour (tant attendu).

Il n’est jamais évident donner des mauvaises notes (même si c’est toujours marrant). Un président qui termine dernier n’a forcément pas très bien fait son boulot, mais il aura en général pas mal de circonstances atténuantes, que certains qui avaient toutes les cartes en main pour réussir, n’ont évidemment pas.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Tfoot’s du meilleur président, heureusement il y a Aulas

Posted by Félix sur 13 mai 2010

Le père Aulas, on aime tous le détester quand on n’est pas lyonnais. Il râle quand il perd, va influencer les arbitres à la mi-temps, montre son sponsor Betclic dès qu’il le peut, bref il est insupportable, mais qu’il est fort ce con là.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Tfoot’s du meilleur coach, Deschamps évidemment

Posted by Félix sur 12 mai 2010

Contrairement à nos chers trophées UNFP, je considère que la dèche mérite totalement ce titre de meilleur entraineur de L1.

Alors ouais, il est pas super populaire, il a pas l’ « aura » (moi j’appelle ça la carte) de Laurent Blanc qui lui permet d’être au dessus des critiques, mais au final, partout il passe, ça marche.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tfoot’s : Equipe Type L1

Posted by Félix sur 7 mai 2010

Bon, je vais pas passer par 4 chemins, je vais d’abord montrer la compo, et après parler des joueurs, histoire de pas obliger tout le monde à lire.

Ne me demandez pas pourquoi y a le logo du TFC, c'est le générateur de compo qui l'a mis, puis Lisandro est en pointe, pas meneur !

Pour les feignants, vous pouvez vous arrêter là et retourner sur Facebook pour vous détaguer de photos compromettantes, pour les courageux, c’est parti !

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tfoot’s, le retour !

Posted by Félix sur 7 mai 2010

Qui dit fin de saison, dit récompenses, et qui dit récompense dit évidemment les obscurs tfoot’s de votre blog adoré (si, si vous adorez j’ai dit).

Ces dernières années, j’ai pas méga assuré, c’est pas nouveau. Annonces incroyables, j’allais décerné des trophées à tire larigot, puis paf, pas le temps, la flemme, ce que vous voulez, je me retrouvais à vous apprendre que Gourcuff était le meilleur joueur de la saison dernière (scoop).

Bon cette année, moins d’ambitions, plus de résultats, avec une liste plus respectable pour un pauvre petit rédac tout seul, seront décernés les prix :

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Tfoot’s du meilleur joueur : Gourcuff, of course

Posted by Félix sur 27 mai 2009

Tout a déjà été dit ou presque sur Gourcuff, au point de commencer à en agacer certains. Oui il est beau, oui c’est le gendre idéal, mais il joue au foot aussi et plutôt bien !

Parti au Milan tôt, très tôt, on sent que le bordelais a acquis chez les rossoneri le petit quelque chose que les Benzema, Nasri, Ben Arfa n’ont pas encore.
Evoluer (et s’entraîner) deux ans auprès des Kaka, Pirlo, Seedorf, Inzaghi et autre Maldini n’est jamais inutile. Avant de jouer et exploser, Gourcuff a appris, lentement mais sûrement, chose qui porte ses fruits aujourd’hui.

C’est d’ailleurs triste à dire, mais il semble que nos jeunes prodiges soient obligés de s’exiler pour franchir un cap. Nasri, déjà bon à Marseille, est transfiguré après seulement un an chez les gunners. Physiquement au top à présent, on le voit faire les efforts qu’il ne faisait pas, aller au charbon quand il le faut, enfin diront certains. Il est d’ailleurs le premier à le dire, « en France, c’est les vacances à côté », preuve que notre pauvre championnat accuse un retard, là aussi…

Vous l’aurez compris, je ne vais pas m’amuser à énumérer les qualités de Gourcuff, on les connaît déjà et il suffit de le voir jouer pour s’en rendre compte. L’important est surtout de voir à quel point son passage à Milan a fait la différence, ce qui, au moment où Benzema semble stagner à Lyon, revêt une certaine importance pour l’avenir de l’équipe de France.

Posted in Tfoot's | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Le temps des récompenses

Posted by Félix sur 20 mai 2009

On a beau être en plein sprint final, qui dit fin de saison dit récompenses. Cette année encore, Tfoot distribue les bon points (et aussi les coups, sinon c’est pas drôle).

Récompenses à distribuer :

Meilleur Joueur, Gardien, Entraineur, Président, Arbitre

Plus mauvais Joueur, Gardien, Entraineur, Président, Arbitre

Meilleure émission de foot

Le truc chiant de la saison

Plus grand match

Purge de l’année

Polémique à la con de l’année

Palme du jeu

Palme de l’ennui

Meilleur/Pire recrutement

Equipe Type

Equipe Sale Type

Langue de pute d’or

(si une personne de passage sur ce blog trouve une récompense sympa à donner que j’aurais oublié, qu’elle le place en commentaire, ça sera fait ! Et gratos vous imaginez)

Posted in Tfoot's | Leave a Comment »

Tfoot’s du Pire Président

Posted by Félix sur 24 mai 2008

En voilà un trophée très dur à décerner, non pas car la France ne compte pas de mauvais présidents, loin de là, mais au contraire car deux d’entre eux se sont tirés la bourre et ont élevé le niveau comme rarement, je veux bien entendu parler d’Alain Cayzac et de Gervais Martel, tous deux vainqueurs.

Alain Cayzac, Quèsaco ?

Ce n’est pas la première fois que je parle du publicitaire sur ce blog, et pour cause, depuis son arrivée au pouvoir le désormais ex président parisien a enchainé les mauvaises décisions, et ce toutes circonstances. Passons le limogeage retardé de moustache l’année dernière pour nous concentrer sur cette saison, où lors du mercato, Cayzac (ainsi que l’ensemble des médias) se voulait plus que confiant pour la saison à venir, expliquant une attitude aussi attentiste et l’absence criante de renforts crédibles pour le club parisien, on dira ce qu’on veut mais Bourillon, Céara, Digard comme seuls renforts d’une équipe qui a frôlé la relégation, ça relève quand même du comique autant que de la radinerie.
Alors oui Cayzac n’a pas été aidé par Colony Capital, les fonds étaient si limités que l’équipe a pour le coup, touché le fond, aggravant d’autant plus les pertes du club dont il va falloir s’inquiéter un jour.
C’est finalement plus l’attitude couille molle de Cayzac que je stigmatise, ce fait en tant que dirigeant historique du club, et donc protégé un peu plus que ses prédécesseurs, de vouloir à tout prix calmer une situation qui en toute état de cause n’avait pas besoin de calme, mais de changement lourd. Cayzac a donc préféré jouer le rôle d’homme de paille du fond de pension, allant au charbon déclarer sa grande confiance semaines après semaines, défaites après défaites, une grande inutilité donc, pour quelqu’un qui je n’en doute pas aime ce club, mais n’a pas su prendre ses responsabilité à temps, heureusement que le PSG a trouvé plus nul que lui cette saison…

Gervais Martel, le petit Gervais qui ne portait pas ses fruits

Comme pour Cayzac, l’engagement et l’amour de l’homme pour son club n’est pas à blâmer, au contraire, le travail de Martel depuis des années au racing club de Lens est plus qu’admirable, la grandeur et popularité de ce club par rapport à la ville qu’est Lens est tout bonnement bluffant.
Mais les Tfoot’s récompensent le travail d’une saison, n’en oublient pas certes de saluer les performances passées (contrairement à certains), mais ne peuvent que souligner le mauvais travail de Martel cette année.
La première erreur fut sans doute la nomination de sa majesté bétabloquant au poste d’entraineur, un piège dans lequel il était sûr qu’un président allait finir par tomber un jour ou l’autre, manque de bol c’est tombé sur Gervais ! Trop bon trop con, Martel a laissé quasiment les pleins pouvoir à Guy Roux, qui s’est empressé de recruter ses joueurs, et au passage de renflouer un peu les caisses de l’AJA. Kalou, Akalé, Pieroni ont donc débarqué à Bollaert, pour rapidement déchanter puisqu’après 5 journées Guy Roux s’en allait, laissant sa place à monsieur JPP.
Le choix de Papin peut sembler assez compréhensible, l’homme vient après tout de la région et venait d’une expérience globalement réussie (malgré quelques mystères) à Strasbourg. Patatra, pas de bol encore ça n’a pas fonctionné, trop bon trop con, Martel a encore fois eu une confiance aveugle en Papin, et ainsi donné Akalé à Marseille (qui prouvera qu’il aurait pu être utile à bien des équipes de Ligue 1), viré Kalou (là ça se comprend) ainsi que Pieroni (zut alors, il manquait des attaquants capable de planter des buts en fin de saison). Des mauvais choix, qui ne valent rien à côté de la trouvaille Daniel Leclerq, le druide comme on l’appelle, venu remplacer Papin ou ah non zut là ça devient compliqué, en fait il est venu à Lens pour entrainer, mais avec Papin qu’est l’entraineur, c’est pas l’adjoint, mais Papin l’est pas non plus, bref encore quelques mois après j’ai toujours rien compris à cette histoire comme vous avez pu le remarquer.
Un duo d’entraineurs pour le peu comique donc, qui n’est sans rappeler la fabuleuse doublette nantaise de la fin de saison dernière, Der Zakarian – Japhett N’doram, duo qui n’avait lui non plus pas su sauver Nantes d’ailleurs, un hasard fou n’est ce pas ?

Car c’est bien là que l’on touche le problème, l’amour du club n’y fait rien que ce soit dans le cas de Cayzac ou de Martel les deux présidents ont systématiquement joué la carte de l’émotion, du sensationnel. Il y avait moyen de faire pleurer dans les chaumières et d’en faire un film (me parlez plus des ch’tis par pitié…), mais sportivement les choix restent douteux. Le foot à beau devenir un business, il ne faut pas en oublier qu’il reste un sport, et la communication, aussi belle et symbolique soit elle, ne se substitue pas encore aux choix sportifs.

Posted in Tfoot's | Leave a Comment »

Equipe t’y peux rien de Ligue 1

Posted by Félix sur 23 mai 2008

Après mure réflexion depuis quelques semaines maintenant, j’ai fini par enfin accoucher cette équipe pauvre type. Une équipe à forte dominante parisienne, ce qui constitue une demi surprise, étant donné l’omniprésence du club de la capitale à ce niveau de la compétition chaque saisons.

——————–Landreau——————-

Céara——-J. Faty——C. Anderson—–Belhadj

———–Sablé———-Bourillon—————-

Ziani——————————————Souza

————-Gignac——Kluivert—————

Landreau : Sans aucun doute le plus mauvais gardien de la saison, et c’est un choix à contre cœur. Je le trouvais plutôt bon l’année dernière à vrai dire, même en début de saison, les archives du blog montreront que je lui donnais plutôt ma confiance. Simplement, depuis cette fameuse boulette contre l’Ecosse, patatra, il ne cesse d’inquiéter au point que se place incontestée jusqu’ici de numéro 2 soit maintenant plus que remise en question, notamment par l’émergence d’un certain Steve Mandanda. Peu inspiré comme il l’a toujours été sur ses sorties aériennes, Micka aura sorti en l’espace de 6 mois tout l’attirail de la passoire moderne, la sortie feintée (je sors, je sors pas je sors je sors pas au je sors, NON je reste dans mon but…But), la détente verticale inexistante (je l’ai !! merde il est grand lui…But), la prise de balle douteuse, la relance étonnante, ou le csc traditionnel (ce qui ici touche plutôt la défense du PSG en général). Bref Landreau aura été loin de rassurer les abonnés du Parc, et ce n’est certainement pas grâce à lui que le club s’est sauvé. On espère le voir rebondir l’année prochaine, car en dehors de ses boulettes, Micka semble être plutôt un bon gars.

Belhadj : L’une des énigmes de notre championnat depuis 2ans selon moi. Je me souviens l’avoir particulièrement repéré fin 2006, c’était à Nungesser, il faisait froid très froid, d’où une irritation somme toute naturelle de ma part. Muni de mon traditionnel « Américain », sandwich au frites que nul ne savait apprécié à l’époque et que tout le monde réclame aujourd’hui depuis le succès des ch’tis, j’arrivais au dernier moment dans le champêtre stade du VAFC, une de mes équipes préférées de par mes origines. Un stade où malgré un certain nombre de visite, je ne crois n’avoir jamais pu m’asseoir à la place qui m’était alloué à l’origine, énervant ça aussi, surtout avec une montagne de frittes dans les mains. Ce jour là, je me souviens m’être particulièrement énervé sur Nadir, déjà remarqué quelques matchs avant, j’étais on ne peut plus exaspéré par les facéties de notre ami, des feintes dans le vide à n’en plus finir, des contrôles « FIFA STREET » alors qu’il n’y a personne face à lui, bref le Quaresma du pauvre, lorsque l’on sait que Quaresma est le pauvre de Ronaldo, on comprend que le problème devient aigu (si on est toujours le con de quelqu’un d’autre, on est d’ailleurs certainement toujours le pauvre d’un autre aussi). A bout de nerf, même si c’est un peu disproportionné, telle était ma fierté après une mi-temps à ne faire que répéter « quel mariole, ça sert à rien, et il se replace pas en plus, il est nul ! » d’avoir réussi à monter la tribune entière contre Belhadj, qui ressevait nombres de sifflets lors de chacune de ses prises de balles, et était conspué y compris par des supporters des sangliers lors d’une simulation flagrante, c’est dire… (le hooliganisme, c’est moche je sais).
Bref, suite à cette histoire, Nadir a parcouru son bonhomme de chemin, été élu meilleur latéral gauche du championnat (dans une équipe où Richert était le meilleur gardien, ça sent la sérénité), et s’en est allé à l’olympique lyonnais pour banquer quelques mois (et se faire péter les reins par Valbuena) derrière l’incroyable Fabio Grosso, référence mondiale à ce poste, comme Jean Michel Aulas le dit, c’est donc certainement vrai…
S’en suit une escapade de 6 mois à Lens, où Belhadj se distingue par quelques bonnes premières prestations côté gauche, où on le voit présent oui, mais offensivement. Car voilà le problème majeur de ce joueur, c’est un batard. Loin de moi l’idée d’évoquer la situation de ses parents, mais Belhadj appartient au style de joueurs qu’on ne sait pas où placer, car ou il a des qualités mais elles ne peuvent pas s’exprimer en dehors d’un match de rue ou d’un entrainement. Trop mal placé et limité physiquement pour être défenseur gauche, pas assez bon offensivement pour être milieu gauche, Nadir n’a malheureusement pas vraiment de qualités majeurs lui permettant d’être au dessus du lot, et de confirmer ce que les médias pensent de lui, les stats sont implacables, deux saisons en ligue 1, deux relégations dans des défenses calamiteuses, ça commence à plus devenir un hasard…

Céara : Ayant trainé en longueur sur Belhadj on va faire court, il est l’archétype du défenseur brésilien de talent dans son pays qui se ramasse la gueule une fois arrivé dans un grand club français. Placement douteux, glissades sur le ballon (Joga Bonigo), Céara est loin d’être l’assurance tout risque, et ce n’est pas sa coupe de cheveux qui rattrapera ses prestations…

Jacques Faty : Arrivé à Marseille fort de plusieurs saison convenable à Rennes, Faty s’annonçait comme une recrue acceptable côté marseillais, du moins pour faire tourner l’effectif. Ce fut tout autre chose, même si toutes ses prestations ne sont pas à jeter, il a eu tendance, au contraire de ces partenaires, à devenir de moins en moins bon au fil de la saison, s’approchant du vide intersidérale face aux terrifiants attaquants de Carquefou notamment. Gerets qui ne rigole pas comme Emon l’a vite compris, les rares fois ou Faty a été titularisé en seconde partie de saison, il a été rapidement remplacé pour permettre aux olympiens de garder un certain équilibre. Je veux bien admettre qu’un défenseur n’ait pas une grande relance (même si dans son cas ça devient grave), mais si physiquement il n’y a pas un plus, j’entends par là une bonne pointe de vitesse, une force dans le duel, et un jeu de tête convenable, ça commence à devenir problématique, voire …Fatyguant (ahaha).

Clébar Anderson : Qu’on soit d’accord, je ne vais pas casser ce joueur de gaieté de cœur, j’ai été extrêmement touché par son histoire, son enfant ayant de gros problèmes de santé, je comprends qu’il ne soit pas facile de pratiquer le football, sa présence dans cette équipe ne se base que sur ses performances, qui s’excuse totalement. Maintenant au rayon des méchanceté, je ne savais pas qu’on pouvait encore avoir un appareil à cet âge là, mais surtout être coupable d’erreurs défensives aussi terribles, qui ont longtemps obligées l’excellent Squillacci à faire le boulot de deux défenseurs centraux.

Bourillon : Difficile de noter un fantôme (d’où l’émergence à ses côtés de…Chantôme, pas drôle, je sais), mais bon on va essayer quand même. Je veux bien croire que récupérateur soit considéré comme un métier de l’ombre, que tout le monde ne remarque pas. Maintenant bon j’ai acquis une petite expérience (comme beaucoup) qui me permet d’apprécier le travail d’un bon récupérateur, comme on peut le voir avec Toulalan, Diarra, Modestinho M’bami pour ne citer qu’eux. Je pense donc que Bourillon prend son poste trop à cœur et fait tout pour être un travailleur de l’ombre, si bien que si l’on s’attache à l’expression, il est certainement le meilleur récupérateur du monde. Car c’est simple, même en ayant vu un certain nombre de matchs cette saison, j’ai toujours du mal à me souvenir de sa gueule, pire, j’ai bien souvent constaté qu’il jouait lorsque le commentateur annonçait sa possible sortie, ce qu’est en général pas top. Dernier point négatif, je n’ai jamais pu placer la vanne que j’avais préparé en début de saison et dire qu’il était Brouillon (ahaha), car je n’ai jamais pu apprécier réellement son jeu, si ce n’est sur un but contre son camp face à lorient, dommage…

Sablé : Le joueur au nom de gâteau s’est retrouvé en miettes en passant de Saint Etienne à Lens et confirme son statut de mauvaise affaire du mercato. Comme chaque saison, l’OM était intéressé par l’ancien capitaine stéphanois, avant de se rétracter pour choisir Cheyrou, l’un des meilleurs choix de son mercato au passage. Le problème de Sablé, c’est qu’il a été surmédiatisé sans aucune raison valable, uniquement grâce à l’aura du brassard des verts, soit un bout de tissu, qui aussi symbolique soit il, ne rend pas miraculeusement bon. Il est bien gentil juju, mais à un moment donné l’accent marseillais ça suffit pas, faut aussi récupérer des ballons et les distribuer, chose qu’il n’a pas su faire dans le nord, où il a été rapidement expédié sur le banc.

Ziani : Le bon gros flop des famille, d’ailleurs gros s’emploie tout à fait justement avec ce cher Karim (lui n’a pas le droit au « Kahim » de sonny anderson), au vu du bide qu’il a pu prendre tout au long de l’année. Il est vrai que Ziani a peu joué sur la fin de saison, ce qui peut expliquer une prise de poids soudaine (genre), mais pourquoi n’a –t-il pas joué ? Le syndrome du pétage au dessus de son cul a malheureusement encore frappé. Arrivé à coup de millions pour remplacer l’immense Franck Ribéry, Ziani aura rapidement montré qu’il était loin d’être l’homme de la situation, pire il a en début de saison, dans le bordel général que constituait l’équipe, voulu trop en faire et montrer qu’il était la star, limite en allant chercher le ballon dans les pieds de Nasri, si ça c’est pas comique… Si on ajoute à cela un début de bagarre ou des sorties en boite cigarette à la main les soirs de défaites, on obtient la belle affaire de ce mercato, encore une fois venu du président Plessis, qui sera certainement un jour appelé par l’Equipe de Julien Courbet, étant donné le nombre d’arnaques qu’il a pu faire ces dernières années.

Souza : En dehors de ses qualités discutables, et de son utilisation étrange (un joueur aussi lent sur un côté ça s’était pas vu depuis très longtemps), c’est plus le stéréotype qui est sélectionné ici. Qu’on soit d’accord, je n’ai rien contre ce pauvre brésilien sorti de nul part, c’est juste marrant de voir que pour se renforcer, et après avoir annoncer des gros noms, Paris et son grand président Cayzac ne trouve que ce gars de 28ans qui n’a jamais joué en Europe et qui ne s’inscrit vraisemblablement pas dans le schéma tactique de Le Guen. Souza c’est donc tout ça, et ça risque d’être 6 petits mois et puis s’en va, non sans un contrat certainement surévalué, incompétence parisienne oblige.

Kluivert : Le cuisinier du club pourra certainement faire des heures supplémentaires, et ainsi travailler plus pour gagner plus (même un an après, ça me fait toujours marré que des gens aient pu croire en ça). Car oui, comme on dit, il est gras comme un goret le Patrick, techniquement il a quelques reste d’un joueur incroyable qu’il était il y a 8ans, je dirais d’ailleurs que son talent de l’époque n’a d’égal que sa graisse d’aujourd’hui. Il fut un pari pour le peu étonnant, surtout venant de Lille, un pari bien perdu, surtout quand on imagine le salaire agréable qu’il doit toucher…

Gignac : Oh que Claude Puel doit être content de s’être fait niqué sur ce coup. D’abord en partance pour Lille, André Pierre (quel nom harmonieux) a décidé tout d’un coup de rejoindre Toulouse, dans un mystère assez grand car des contrats semblaient déjà signés. Il devait être au côtés d’Elmander et soulager le bucheron suédois, résultat s’il a été a côté de lui ça devait être dans le vestiaire, car sur le terrain on a tout vu sauf le Gignac prometteur de Lorient. Une disgrâce qui s’expliquera malgré tout en partie par un positionnement sur le côté qui ne lui allait pas, mais alors pas du tout !

Entraineur : L’article a été long, très long, inutile d’expliquer donc pourquoi Le Guen entrainera cette équipe…

Petit bilan de cette équipe de folie, on remarque que la quasi totalité des joueurs, hormis le génial Landreau, sont arrivés dans leur club cette saison, une stat qui tend à démontrer qu’il faut souvent du temps pour s’adapter à un club (Cavenaghi en est l’exemple le plus flagrant), aux présidents de club de méditer cela et de faire les bons choix au mercato d’été…

Posted in Tfoot's | Leave a Comment »

Tfoot’s Meilleure émission tv: 100% Foot

Posted by Félix sur 22 mai 2008

Comme les années précédentes, l’équipe d’Estelle Denis a su tirer son épingle du jeu dans le nombre incalculables d’émissions consacrées à notre sport favoris, une hégémonie à la lyonnaise aurait on envie de dire, si bien que le championnat n’est que peu souvent relancé.

Pourtant, à l’instar de Lyon là encore, 100% foot aurait pu souffrir cette saison, l ‘émission ayant perdu la belle Estelle au mercato d’hiver, partie rejoindre les sirènes de 100% mag, un 100% qui semble être une constante du couple, son mari ayant tendance à se tromper à 100% de son côté…
L’arrivée de celui qui allait être rapidement surnommé Gargamelle (faut dire qu’il lui ressemble quand même beaucoup à sa décharge publique) en a effrayé alors plus d’un moi le premier, notamment lors des premières émissions où, peu aidé par ses acolytes il faut le dire, notre ami avait tendance à faire trainer les choses en longueur, faisant donc dévier les débats et trainant en longueur les insolites, la partie la moins intéressante de l’émission à coup sûr.

Mais comme l’OL, 100% foot a su se relever de ces absences, s’appuyant sur ses cadres que sont Ménès et Grimaud. Exaspérants parfois, les deux chroniqueurs restent dans l’univers du commentaire sportif les deux personnalités les plus posées, et donc les plus intéressantes, tout en gardant un ton décalé permettant de ne pas faire trop sentir la chaussette à l’émission, comme cela peut être le cas avec les spécialistes, où débats polémiques inintéressants s’accompagnent du nombre du contrôles du gauche de Baky Koné dans le second quart d’heure lorsqu’il pleut pendant des matchs décalés au samedi après midi lors des 5 dernières journées, qui a dit un peu trop pointu ?
Pour en revenir à M6 et Gargamelle, je l’ai trouvé de plus en plus à l’aise au fil des émission, participant même un peu au débat (même si ce n’est pas vraiment son rôle) et amenant des analyses pas inintéressantes, un bon point pour lui donc et pour l’émission, qui avec le retour de notre chère Estelle, sera certainement le rendez vous à ne pas manquer pendant l’euro, en direct, sur M6 (oui, ce blog est subventionné par M6).

On notera que dans cette compétition de la meilleur émission, j’ai trouvé la nouvelle formule de téléfoot bien plus intéressante, apportant des reportages plus pointus et fouillés, notamment sur le championnat anglais, ce qui n’était pas pour me déplaire. En dehors des sujets en eux même, c’est aussi l’habillage qui est a salué, tant au niveau du design que des musiques choisis dans les reportages, l’équipe des sports de TF1 a su montrer son savoir faire, tentant pour une fois de tirer les gens vers le haut, plutôt que de s’abaisser à leur niveau (qu’on se le dise, y a quand même une majorité de cons dans ce pays et sur terre). Et puis c’est une juste récompense pour le regretté Thierry Gilardi de voir son émission presque récompensé dans les Tfoot’s, Thierry, si tu nous lit de là ou t’es et j’en suis sûr, bravo, car sur ce coup ton émission devenait pas mal.

Posted in Tfoot's | Leave a Comment »