Tfoot

Y a du monde au ballon !

  • Présentation

    Après 3 ans de mauvais résultats, changements de rédacteurs et refonte de sa charte graphique, Tfoot a décidé de réagir pour quitter le ventre mou de la blogosphère.

    Un nouveau projet sur le long terme, destiné à (re)trouver le plus haut niveau au plus vite. Analyses offensives, référencement malin et stabilité graphique, l’ambition est de retour du côté de Tfoot.

    La lourde tâche de ramener le blog vers les sommets a été confiée à Félix, rédacteur du cru, dont le charisme digne de Jeremy Clément et l’expertise tactique rappelant un certain Raymond Domenech, ne manquera pas de passionner les foules.

Espagne, tout simplement au-dessus

Posted by Félix sur 12 juillet 2010

[tweetmeme source=”tfootblog” only_single=false]La Roja a donc finalement remporté hier sa première Coupe du Monde en disposant d’Oranjes qui regretteront longtemps les occasions manquées.

Bon, il faut avouer que ce n’était pas une grande finale hier. Que ce soit au niveau de la dramaturgie ou tout simplement en terme purement footballistique, les deux équipes ne nous ont pas offert un match de légende.

Je ne vais pas pour autant me servir de ma mauvaise foi, et dire qu’une fois de plus que c’est à cause du « toque » espagnol, car toque il n’y a pas eu hier. Bien regroupés, bien disciplinés et surtout très rugueux (Van Bommel confirme donc qu’il a l’immunité), les hollandais auront longtemps fait douter une équipe d’Espagne incapable de mettre en place son jeu.

Et ça s’est d’ailleurs senti au niveau des occasions. En dehors de ce coup-franc en début de match, où les espagnols ont bien failli cueillir à froid les Oranje (haha), la Roja a longtemps été en incapacité de se créer de véritables occasions.

Bien en place comme je le disais, la force des hollandais a surtout été de tenter de créer systématiquement le danger en contre attaque. Contrairement à l’Allemagne en demi, les bataves ont donc attaqué, obligeant donc les espagnols à jouer avec le frein à main, au cas où Robben s’échappe sur une ouverture magistrale de Sneijder (par ailleurs plutot discret).

Et c’est d’ailleurs ce qui fini par arriver en seconde mi-temps, et là, c’est un peu le tournant du match. Robben a tout simplement bouffé la feuille pour les hollandais. Un joueur de ce standing n’a pas le droit de perdre deux face à face avec un gardien, même Iker !

A 1-0, le coup aurait été parfait, et je doute que l’Espagne aurait réussi à percer le mur hollandais. Mais à 0-0, tout fut largement différent. Blessée dans son orgueuil, la Roja a commencé à prendre les choses en main, et l’entrée de Fabregas a apporté beaucoup, au contraire de celle de Van der Vaart, joueur que j’annonçais surfait, et qui a donc confirmé tout le mal que je pensais de lui.

De Jong en moins, VDV en plus, les Pays-Bas ont vu leur organisation partir en sucette. Persuadés de pouvoir marquer un but à la Roja, les hollandais se sont de nouveau retrouvé coupés en 2, comme lors des tours précédent, mais face à l’Espagne, c’est suicidaire !

D’ailleurs, si les attaquants espagnols n’avaient pas tour à tour bouffé la feuille (honnêtement, faudrait penser à tirer de temps en temps, et arrêter de vouloir entrer dans le but avec le ballon), le match aurait pu être plié bien plus tôt. Mais il aura fallu attendre les 5 dernières minutes d’une prolongation enlevée, où cette fois-ci, le jeu aura pris le dessus sur l’enjeu, avec ce but de l’essentiel Iniesta. Moins en vue qu’il y a deux ans, il reste l’un des hommes qui a fait la décision dans les moments importants, et ça, ça n’a pas de prix. Sur le but, Van der Vaart relance affreusement mal et couvre Iniesta, du début à la fin, ce joueur n’aura vraiment servi à rien, même si la reprise du barcelonais est superbe.

Contrairement à ce que j’annonçais en début de compétition, l’Espagne est donc championne du monde. Si chacune des victoires espagnoles ne souffrent d’aucune contestation, on peut tout de même noter que la Roja aura été moins flamboyante qu’en 2008, mais beaucoup plus expérimentée. Je regrette d’ailleurs que le Brésil n’ait pas participé à cette finale, car j’attendais avec impatience ce duel où à mes yeux, les espagnols auraient réellement été poussés dans leurs derniers retranchements, mais Felipe Melo en a décidé autrement.
Ps : Ah, et ce con de Poulpe avait encore raison !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :